Nouvelles recettes

Cornes de Bratislava (Pozsonyi kifli)

Cornes de Bratislava (Pozsonyi kifli)


J'ai d'abord préparé la pâte.

J'ai fait le levain dans du lait tiède (attention à ne pas être chaud).

Dans un bol, j'ai mélangé la farine tamisée avec le sel, le sucre en poudre, les deux œufs battus et le beurre, que j'ai fondu et refroidi.

J'ai ajouté un peu le lait avec la levure et j'ai pétri une pâte qui doit rester élastique, non collante et se décoller des parois du bol.

Si besoin, ajoutez ou soustrayez 50 gr de farine, j'en rajoute un peu plus.

J'ai laissé la pâte au froid jusqu'à ce que je prépare la garniture. Elle aurait été très bonne avec des raisins secs, mais comme je n'en avais pas à la maison, je m'en suis passé.

À partir d'eau et de sucre avec un peu de jus de citron, j'ai fait un sirop que j'ai fait bouillir pendant 2-3 minutes. Ensuite, je l'ai mis si chaud sur les noix moulues. J'ai ajouté le rhum et le zeste d'orange.

J'ai sorti la pâte du froid et j'ai façonné des boules de ~ 32 gr. Je n'avais rien à mesurer exactement donc je les ai faites avec environ ce poids. 32 boules sont sorties.

J'ai aplati chaque boule et lui ai donné une forme ellipsoïdale (c'est-à-dire un rectangle plus arrondi aux extrémités).

J'ai mis la garniture étirée, l'ai roulée et façonnée en fer à cheval.

Je les ai placées dans la plaque recouverte de papier cuisson en laissant de la place entre elles car elles vont beaucoup pousser.

A l'aide d'un pinceau, je les ai graissées à l'oeuf.

Maintenant, la recette dit de graisser d'abord avec du jaune, laissez-le sécher et avant de le mettre au four, graissez-le avec du blanc d'œuf.

Je les ai graissées directement avec l'œuf battu entier, j'ai compris plus tard que cela leur donnait un bel aspect marbré.

La prochaine fois, arrête de faire des bêtises.

J'ai mis le plateau dans le four préchauffé, laissé la grille du four sur la marche du milieu jusqu'à ce qu'ils brunissent un peu et commencent à se fissurer sur le dessus, puis j'ai déplacé le plateau plus haut dans le four.

J'ai remonté le plateau après 15 minutes et après 10 minutes de plus, ils étaient cuits.

Je les ai sortis sur une grille et les ai laissés refroidir recouverts d'une serviette propre.Pas trop évident, que seuls ceux qui ont pu résister à la tentation.


Izabella főhercegnő, une photo reggae pozsony

Izabella főhercegnő száztíz évvel ezelőtti, a korabeli várost bemutató fotóiból kínál hangulatos összeállítást a Pozsonyi Kifli Polgári Társulás 2017-es falinaptekára 18 vásony.

A Pozsonyi Kifli Polgári Társulás gondozásában harmadik éve megjelenő naptárba ezúttal Izabella főhercegnő száztíz éves felvételei közül válogattak képeket a kiadkesvány szer.
A főhercegnő nagy méretű, 21 & # 21527 cm-es üvegnegatívokat használt, így rendkívül részletes felvételeket készíthetett. Ez irányú tevékenységét Pozsonyban kezdte, ahol a szívesen fényképezkedő család megörökítésében több fotográfus is jeleskedett. Izabella művészi felvételeit számos szaklap közölte, és a nemzetközi fényképkiállítások közönsége is rendszeresen találkozhatott velük. Értékes fotográfiai hagyatéka ma a Magyar Nemzeti Múzeum gyűjteményébe tartozik.

Le bureau de poste d'Isabella von Croÿ-Dülmen est situé à Habsbourg-Tescheni Frigyes, la ville est située à Habsbourg-Dinasztia egyv lebb. A főhercegi család - mivel Pozsony társadalmi életében nagy jelentősége volt állandó jelenlétének - az egykori Grassalkovich-palotában rendezte be otthonát. Kezdetben csak bérelték, majd 1897-ben meg est vásárolták a palotát.

A gyönyörű barokk épület számtalan előkelő vendéget fogadott, Ferenc Ferdinánd is gyakran tette tiszteletét itt. Izabella főhercegnő azt remélte, hogy a trónörökös benősül a családjába. Egyszer azonban a kastély teniszpályáján megtalálta Ferenc Ferdinánd elveszített zsebóráját, és csalódottan, feldúltan látta, hogy az órába helyezett fényképen nem a ledölzánya, egyvare

Izabella példás családanyaként irányította a főhercegi udvartartást, segített férjének a birtokok igazgatásában, kötelességtudó, kilenc gyermekét gondosan és szeretettel nevelő nagyas. Kortársai a komoly ambíciókkal megáldott főhercegné szépsége és bölcsessége mellett rendkívüli akaraterejére és hatalomvágyára est rámutattak. Rossz nyelvek szerint papucs alatt tartotta Frigyest.

Izabella a társadalmi helyzetének megfelelően egész életében fokozott érdeklődést mutatott a közélet és a jótékonykodás iránt. A szociálisan érzékeny, elkötelezett asszony támogatta a magyarországi népi kézműipar fejlődését, a nevét viselő nőegyletet alapított Pozsony és környéke házi hímzőiáány. Családjával gyakran kilovagolt a város környékére, szerette a vadászatot, és elismert teniszjátékos volt.

Legnagyobb szenvedélye azonban - a későbbi nemzedékek szerencséjére - a fényképezés lett, miglior a 19. század kilencvenes éveire már a főúri rétegeket est meghódította. Az amatőr fotózás első nagy korszakáról beszélünk. Un fotálás azonban ekkor még drága mulatság volt, tömegek nem hódolhattak neki.

A naptár megvásárolható novembre 18. és décembre 22. között a Pozsonyi Kifli PT. standjánál, az adventi vasáron. Helyszín : Ferenciek tere (Františkánske námestie), un civilszektorban, leghátul, un Vízhordó szökőkút előtt.


Croissants de Bratislava (Pozsonyi kifli) - Recettes

Kipfel sont des petits pains feuilletés en forme de croissant ainsi que des biscuits en croissant.

Origine: L'Autriche

Autres noms: Amérique : butterhorns Autriche méridionale : kipferl République Tchèque: hurler Hongrie: hurler Allemagne: kipferln Roumanie et Serbie : hurler. Sigmund Freud, dans une lettre de 1885 de Paris à sa Vienne natale, nota : « J'ai enfin réussi à dire "croissants", car je reçois toujours kipfel avec mon café."

Biscuits

L'introduction du sucre en Perse a conduit à l'émergence là-bas au VIIe siècle de nombreuses petites pâtisseries et finalement dans tout le monde arabe. Puis, à mesure que le sucre est devenu plus courant en Europe, tous les pays ont adopté les biscuits.

1. Iran & mdashhadgi badah, klaitcha, naan-e berenji, naan-e nokhodchi

2. Irak et Moyen-Orient & mdashghraybeh, kourabie, ma'mamoul, travados

3. Dinde & mdashmarunchi-nos, moustachudos, biscuits raki, messes au vin, foulares

4. Syrie & mdashras-ib-adjway

5. Tunisie & mdashmakroud

6. Maroc & mdashkaab el gh'zal, debla, raricha

7. Grèce & mdashbiscuits, reshicas

8. Italie & mdashmacarons, cookies, impades, expulsions

9. Hongrie & mdashpog & # 224csa, kindli, kranzli

10. Pologne & mdashkichel, hamantaschen, reshinke

11. Russie & mdashkaletzine

12. Autriche & mdashkipfel, nusskipferln, polster zipfel

13. Allemagne & mdashjeback lebkuchen mahltaschen mandelbrot plaetzcehn pfefferneusse zimstern

14. Pays-Bas & mdashboterkoeke

15. Danemark & ​​​​mdashjodekager

L'idée de petits pains en forme de croissant semble avoir émergé en Autriche à la fin du XVIIe siècle, puis s'est répandue en France. Beaucoup pensent qu'après que Marie-Antoinette a épousé Louis XVI de France en 1770, elle a tellement manqué kipfel qu'elle s'est arrangée pour qu'un boulanger viennois se rende à Paris pour apprendre à ses homologues français comment le préparer, et le petit pain est rapidement devenu le croissant. À ce stade, le kipfel a environ un siècle et s'est implanté de manière indélébile dans la gastronomie d'Europe centrale. En plus du salé kipfels, les Européens du centre ont également apprécié une variété de friandises sucrées en forme de croissant.

Selon la légende, les origines de ces produits de boulangerie en forme de croissant remontent à 1683, lorsque les trois cent mille hommes de l'armée ottomane assiégèrent la ville fortifiée de Vienne, en Autriche. Les Turcs entreprirent de creuser secrètement un tunnel sous les barricades dans l'obscurité de la nuit. Les boulangers de la ville, au travail aux petites heures du matin dans leurs chambres souterraines, ont entendu le bruit de la construction, alerté les autorités et déjoué l'attaque souterraine. Enfin, avec l'intervention militaire opportune des Polonais, des Bavarois et d'autres, les Turcs ont été repoussés.

Apparemment, les boulangers viennois locaux fabriquaient des petits pains et des gâteaux spéciaux en forme de croissant, le symbole affiché sur le drapeau turc, pour honorer la fin du siège ottoman, dans lequel ils avaient joué un rôle. Ces pâtisseries se sont avérées parfaites pour servir dans une deuxième institution autrichienne de premier plan engendrée par l'invasion ottomane, le café, qui a émergé à la suite des coffres de grains de café laissés par les Turcs. D'autres suggèrent que les boulangers avaient en fait conclu que la situation était si grave qu'ils préparaient des pains en forme de croissant pour s'attirer les faveurs des Turcs, puis les vendaient à une population reconnaissante par la suite. Un troisième groupe rejette tout lien entre le pain et le siège, affirmant qu'il s'agissait d'un vénérable produit de boulangerie local façonné pour représenter des cornes d'animaux, et que le lien turc n'était qu'un mythe évoqué plus tard.

En tout cas, les boulangers autrichiens appelaient à l'origine les petits pains pointus de pain blanc zipfel (allemand signifiant "coin / pointe"), également orthographié ciphel. Zipfel est toujours utilisé, en conjonction avec polster (coussin / rembourrage) polsterzipfel fait référence à un biscuit autrichien rempli de confiture, également connu sous le nom de Vienne kipfel et en Allemagne comme hasen & # 246rchen (petites oreilles de lapin). Pendant ce temps, les Viennois se sont mis à mal prononcer les pains pointus comme kipfel, et le mot devenant bientôt synonyme de l'allemand h & # 246rnchen (croissant). Des variations de la prononciation autrichienne se sont répandues dans toute l'Europe centrale et orientale.

Une variante en forme de croissant de cette pâte levée appelée Kipplach Pressburger tire son nom de Presbourg, le nom allemand de Bratislava, l'une des communautés juives européennes les plus anciennes et les plus importantes et généralement considérée comme la ligne de démarcation entre les Ashkénazes orientaux et occidentaux. Aujourd'hui, Bratislava est la capitale de la Slovaquie. Pour compliquer encore les choses, cette pâtisserie est aussi appelée Pozsonyi kifli d'après le nom hongrois de Presbourg / Bratislava.

Pour compliquer davantage la situation, le terme kipfel a également été appliqué aux petits biscuits en croissant (zuckerkipfel), y compris ceux fabriqués à partir de diverses pâtes sans levain et pâte à levure kuchen, et un similaire au kugelhopf mais enrichi en topfen, un fromage que les Gcrmans appellent quark. Le topfen Type de kipfel est traditionnel à Chavouot et d'autres repas laitiers spéciaux. Au XIXe siècle, les ménagères hongroises substituaient parfois de la purée de pommes de terre au beurre de la pâte.

En yiddish, le mot kipfel est venu spécifier les biscuits en croissant, à la fois levés et sans levain, et non le pain croissant. Une forme des cookies, nuskipferlin (croissants de noix), se classe toujours parmi les biscuits ashkénazes préférés. Vers la fin du XIXe siècle, les immigrants juifs ont apporté le kipfel à l'Amérique. Thc livre de cuisine américaine Chez Tante Babette (Cincinnati, 1889), comprend l'un des premiers enregistrements en anglais du mot dans une recette de « Wiener Kipfel », qui se compose de triangles de pâte à levure remplis de « blancs d'œufs battus, de raisins secs, d'amandes et de citron », et avec le bords pincés ensemble. La première édition de Le livre de recettes de l'établissement (Milwaukee, 1901) contient plusieurs recettes de kipfel, certains avec de la levure et d'autres sans, mais tous faits avec du beurre. Au XXe siècle, le shortening végétal et la margarine se sont parfois substitués à la topfen et du beurre dans kipfel, étendant son utilisation dans les ménages casher. Dans le livret de Procter & Gamble de 1933 Recettes Crisco pour la femme au foyer juive, écrit en yiddish et en anglais, un kipfel est fait, bien sûr, avec du shortening végétal. A la fin du vingtième siècle en Amérique, kipfel, en particulier avec une pâte de fromage à la crème sans levain, est devenu plus connu sous le nom de rugelach.

Croissants de biscuits ashkénazes (Rugelach)

32 grands, 48 ​​moyens ou 64 petits biscuits

  • 1 tasse (2 bâtons) de beurre non salé ou de margarine, ramolli
  • 1 tasse (8 onces) de fromage à la crème, ramolli
  • 1 cuillère à soupe de crème sure
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 2 cuillères à soupe de sucre (facultatif)
  • 1 cuillère à café d'extrait de vanille ou d'amande (facultatif)
  • 2 tasses (10 onces) de farine tout usage, tamisée
  • 1 tasse de confiture, comme l'abricot ou la framboise, ou 1/4 tasse (1/2 bâtonnet) de beurre fondu
  • 1/2 tasse de sucre mélangé avec 1-1 / 2 cuillères à café de cannelle moulue
  • 3/4 tasse de groseilles séchées ou de raisins secs (facultatif)
  • Dorure aux œufs (1 gros œuf battu avec 1 cuillère à café d'eau ou de lait)
  • Environ 2 cuillères à soupe de sucre, ou 2 cuillères à soupe de sucre mélangé avec
    1 cuillère à café de cannelle moulue, pour saupoudrer

1. Pour faire la pâte : Dans un grand bol, battre ensemble le beurre, le fromage à la crème et la crème sure jusqu'à consistance légère et mousseuse, environ 5 minutes. Ajouter le sel et, si vous en utilisez. sucre et vanille. Incorporer progressivement la farine. Diviser la pâte en 4 morceaux égaux, former des boules, aplatir en ronds de 1 pouce d'épaisseur, envelopper dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 6 heures ou toute la nuit.

2. Préchauffer le four à 375 degrés F. Tapisser 2 plaques à pâtisserie de papier parchemin ou utiliser des plaques non graissées.

3. Laisser reposer la pâte à température ambiante jusqu'à ce qu'elle soit malléable. Sur une surface légèrement farinée (ou une surface saupoudrée de sucre à la cannelle), abaisser chaque morceau de pâte en un rond de 1/8 de pouce d'épaisseur, d'environ 9 pouces de diamètre. Badigeonner de confiture et saupoudrer de sucre à la cannelle, en laissant une bordure de 1/2 pouce sur le pourtour. Si vous en utilisez, saupoudrez de groseilles.

4. Coupez chaque rond en quartiers égaux et mdash12 pour les biscuits moyens, 8 pour les gros biscuits ou 16 pour les petits biscuits. En partant de l'extrémité la plus large, enroulez les cales vers la pointe et pliez doucement pour former un croissant.

5. Placer les croissants sur les plaques à pâtisserie préparées, le côté pointu vers le bas, à 1 pouce d'intervalle. Badigeonner de la dorure et saupoudrer légèrement de sucre.

6. Cuire au four jusqu'à ce que doré, 20 à 25 minutes. Laisser les biscuits reposer jusqu'à ce qu'ils soient fermes, environ 1 minute, puis transférer sur une grille et laisser refroidir complètement. Conserver dans un contenant hermétique à température ambiante jusqu'à 5 jours ou au congélateur jusqu'à 3 mois.


Inhaltsverzeichnis

Lage Bearbeiten

Die Stadt liegt im Südwesten des Landes im Bezirk Bratislava, beim Dreiländereck Slowakei-Österreich-Ungarn. Die jeweiligen Grenzen sind vom Zentrum fünf Kilomètre nach Westen, bzw. 20 Kilomètre nach Süden entfernt. Die Grenze zu Tschechien liegt 62 Kilomètre nördlich. Wien, die Hauptstadt Österreichs, befindet sich 55 Kilomètre westlich von Bratislava. Beide Städte est situé à Twin City (Zwillingsstadt) et se trouve au centre de l'Europaregion Centrope. La Hauptstadt Tschechiens, Prague, est située à 290 kilomètres au nord-ouest et la Hauptstadt Ungarns, Budapest, à 165 kilomètres au sud (tous les Anges sont situés sur la Luftlinie).

Bratislava befindet sich beiderseits der Donau (slowakisch calage), welche das Stadtgebiet von West nach Südost durchfließt und im Stadtgebiet zwischen 200 und 300 Meter breit ist. [1] Im Westen des Stadtgebiets liegt die Thebener Pforte (Devinska brana), das Durchbruchstal zwischen dem Braunsberg am südlichen, dort österreichischen Ufer und dem Thebener Kogel am nördlichen, slowakischen Ufer. Un dieser Stelle mündet der Grenzfluss March (Morava) von Norden kommend in die Donau der Mündungsbereich der March umfasst einen kleinen Anteil der Landschaft Záhorie, die geomorphologisch zum Tiefland Borská nížina und somit zum Wiener Becken zählt. Le Burg Bratislava (Pressburg, 212 m n.m.) au milieu de la ville marque le Beginn der zumeist nord- ou linksufrigen slowakischen Donautieflands (Podunajská nížina) in der Kleinen Ungarischen Tiefebene, auf die sich der östliche und südliche Teil des Stadtgebiets erstreckt. Südlich der Hafenbrücke zweigt die Kleine Donau (Mali Dunaj) ab, ein linker Seitenarm der Donau im Donautiefland, und bildet mit der Donau die Große Schüttinsel (Žitný ostrov). Ungefähr drei Viertel des Stadtgebiets zählen zum Tiefland. [2]

Das restliche Viertel ist von bergiger Landschaft geprägt: Der Gebirgszug der Karpaten beginnt im Stadtgebiet von Bratislava mit den Thebener Karpaten, dem südwestlichsten Abschnitt der Kleinen Karpaten (Homme Karpaty). Im Bereich der Pforte von Lamač (Lamačská brana) beginnen die Bösinger Karpaten, zu denen mit dem Berg Kamzík (439 m n.m.) auch eines der Wahrzeichen der Stadt gehört. Im Gebirge entspringen mehrere Bäche, von denen die Vydrica der größte und wasserreichste ist. Au nord-ouest de la ville de Mükchen Mláka Bäche dans l'Einzugsgebiet de mars et au nord-ouest à côté de Bach Raciansky potok mit seinen Zuflüssen über den canal ursky (Šúr-Kanal) zum Einzugsgebiet der ierna voda. [3] La ville est située sur la côte de 367,66 km², qui est la plus grande ville de la région de Slovaquie. Der tiefste Punkt des Stadtgebiets liegt auf 126 m n.m. An der Donau bei Čunovo, die höchstgelegene Stelle ist der Gipfel des Thebener Kogels (Devínska Kobyla) auf 514 m n.m.

Entlang der Donau befinden sich mehrere Arme, die auch nach der abgeschlossenen Flussregulierung weiter bestehen. Flussabwärts sind meurt Devínske rameno, Karloveské rameno, Pečnianske mŕtve rameno, Chorvátske rameno, Rameno Biskupicé, Rameno Jarovské, Rameno Rusovské un D Rameno de Mošonské. [4] Zwischen dem Karloveské rameno und der Donau liegt die für die Wasserversorgung Bratislavas beeutende Insel Sihoť. [5] Dans la partie sud de la ville, le Donau est situé sur le Staubecken Hrušov, sur le complexe Gabčíkovo Wasserkraftwerks. [6] Nahe der Staatsgrenze zu Ungarn am Wehr Čunovo zweigt die Moson-Donau vom Hauptfluss ab.

Du Stadtgebiet befinden sich mehrere Schutzgebiete, davon zwei Landschaftsschutzgebiete (Chránené krajinné oblasti) dans les Carpates Kleinen (Homme Karpaty) westlich und nördlich der Stadt und in den Donauauen (Dunajské luhy) am südlichen Rand der Stadt sowie neun kleinere Schutzgebiete wie zum Beispiel der Thebener Kogel.

Bratislava est bordée par les communes suivantes : Stupava, Borinka et Svätý Jur im Norden, Ivanka pri Dunaji et Most pri Bratislave im Osten, Dunajská Lužná, Rovinka, Kalinkovo ​​​​und Hamuliakovo im Südosten, le hongrois Rajka im Süden sowie im Westen die . Pama, Kittsee, Berg, Wolfsthal et Hainburg sont situés sur Engelhartstetten et Marchegg au nord de Donau.

Climat Bearbeiten

Bratislava est située dans la Grande Zone et dans la Biscaye du climat continental avec ses repères de bon augure. Die Sommer sind meist warm und trocken, die Winter kalt und feucht. Insistsamt weist Bratislava mit jährlich 667 mm nur geringe Niederschlagsmengen auf. Es verzeichnet zudem längere Trockenperioden und liegt in einer der wärmsten und trockensten Gegenden des Landes, die sich sehr gut zum Weinbau eignet. [7] Bedingt durch den vorherrschenden Nordwestwind, der im rechten Winkel die Kleinen Karpaten trifft, sind die dem Wind zugewandten Teile der Stadt im Nordwesten etwas kühler und regenreicher. [8] La température moyenne de l'air dans le Stadtentrum durchschnittlich 10,7 ° C. Die Übergangszeit im Frühling und Herbst ist meist nur kurz. Devín und Devínska Nová Ves sind regelmäßig durch Überschwemmungen von Donau und March gefährdet.

Urzeit, Römerzeit bis Großmähren Bearbeiten

Die erste nachgewiesene dauerhafte Besiedlung der Gegend erfolgte in der Jungsteinzeit um 5500 v. Chr durch Angehörige der Kultur der Linearbandkeramiker. [10] Nach vielen weiteren Kulturen besiedelten im 5. Jahrhundert v. Chr. Die Kelten das Stadtgebiet. Der keltische Stamm der Boier gründete in der heutigen Stadtmitte um etwa 115 contre Chr. Eine befestigte Siedlung (Oppidum), wo es unter anderem eine Münzprägestätte gab. [11] Vom 1. bis 4. Jahrhundert n. Chr. Stand die Gegend südlich der Donau unter der Herrschaft der Römer (im Süden), während das eigentliche Stadtgebiet nördlich der Donau zur Germania magna gehörte. Der Donaulimes verlief durch das heutige Stadtgebiet, bei Rusovce befand sich das Kastell Gerulata. Von der Zeit gegen die Zeitenwende bis 568 n. Chr. Gehörte das Gebiet zum Reich der germanischen Quaden. Aus dem 3. Jahrhundert stammen die Überreste eines römischen Privatbads (balnéo) eines germanischen Fürsten bei Dúbravka, die ungenau als villa rustique bekannt ist. [12]

Die Slawen erreichten das Gebiet um das Jahr 580, gegen Ende der Völkerwanderung, nachdem die Quaden mit den Langobarden nach Italien abgezogen waren. Als Reaktion auf die Vorherrschaft der Awaren rebellierten die sesshaft werdenden slawischen Stämme und gründeten im Jahr 623 das Reich des Samo. Dieses erste historische slawische Staatsgebilde hatte bis 658 Bestand. [13] Vom Ende des 8. Jahrhunderts bis 833 waren die Burgen von Pressburg und Theben wichtige Zentren des Fürstentums Nitra und nach 833 Großmährens. In der zweiten Hälfte des 9. Jahrhunderts war die Gegend von Bratislava Teil der karolingischen Ostmark. Die erste überlieferte urkundliche Erwähnung der Stadt (abgesehen von der neuzeitlichen auf etwa 805 bezogenen Erwähnung durch Johannes Aventinus) erfolgte im Jahr 907 im Zusammenhang mit den Schlachten von al Pressburg znwischen [14]

Königreich Ungarn bis zum Ende des Mittelalters Bearbeiten

Die politische Entwicklung im 10. Jahrhundert ist unklar. Die meisten Historiker gehen davon aus, dass die Stadt seit etwa 907 (spätestens seit etwa 925) unter magyarischer (ungarischer) Oberherrschaft stand. Das Komitat Pressburg wurde wahrscheinlich entweder Ende des 10. Jahrhunderts oder im 11. Jahrhundert gegründet. Nach manchen Autoren gelangte die Stadt um 990 wieder zu Bayern, kam aber kurz danach als Mitgift von Gisela von Bayern bei ihrer Heirat mit dem ungarischen König Stephan I. zum ungarischen Staat. [15] En 1001, le Stadt a été construit avec la route de Slowakei de la Pologne à la ville de Bali, seulement 1030 ans plus tard, dans la ville de Hongrie. [16]

In der Folge entwickelte sich unterhalb der Burg eine Marktsiedlung, die aufgrund ihrer strategischen Lage an der Westgrenze Ungarns wiederholt Angriffen anderer Mächte ausgesetzt war. Es kam immer wieder zu Auseinandersetzungen zwischen Ungarn und bairischen, dann österreichischen, böhmischen und römisch-deutschen Fürsten bzw. Königen, wie bei den Angriffen 1042/1052 des römisch-deutschen Königs Heinrich III. oder des böhmischen Königs Ottokar II. Přemysl in den 1270er Jahren im Rahmen der ungarisch-böhmischen Kriege. [17] Ein Mautrecht soll es bereits im 11. Jahrhundert gegeben haben, gegen 1100 fanden hier nach Kolomans Gesetzbuch sogenannte Gottesgerichte statt, die ansonsten nur für Bistumssitze reserviert waren. De l'autre côté du Pressburger Kapitel, il y a beaucoup d'autres bâtiments Urkunde de l'année 1236. [18] Nach der Darstellung des arabischen Kartographen al-Idrisi war Bizana (so die angegebene Bezeichnung) im 12. Jahrhundert eine „florierende mittelgroße Stadt mit vielen Einwohnern und genügend verschiedener Sachen und Lebensmittel zum Überleben“ und dichter Bebauung. [19]

Nach dem deutschen Sieg über die Ungarn in der Schlacht auf dem Lechfeld 955 setzte eine deutsche Besiedelung zu beiden Seiten der Donaufurt bei Pressburg ein, die nach der Jahrtausendwende von den ungarischen Königen gefördert Nach der Verwüstung des Umlands durch die Mongolen ("Tataren") im Jahr 1241 erfolgte die Wiederaufsiedelung des Marktes Pressburg durch Deutsche, die seither bis in die 1920er Jahre die Bevölkerungsmehrheit bildeten. Ein Pressburger Richter (villicus posoniensis) namens Jakob erscheint schriftlich zum ersten Mal im Jahr 1279. [20] Am 2. Dezember 1291 verlieh der ungarische König Andreas III. das Stadtrecht, das zuerst aber nur östlich des Martinsdoms galt, während die Burg mit dem zukünftigen Schlossgrund weiterhin in königlichem Besitz verblieb. [21] Im Spätmittelalter war Pressburg eine durch Weingärten, Handwerke, Handel und Fischfang geprägte Stadt. [22] 1405 erklärte Kaiser Sigismund von Luxemburg Pressburg zur königlichen Freistadt. 1465 wurde die Universitas Istropolitana im Auftrag von Matthias Corvinus gegründet, die 1490 nach Corvinus 'Tod wieder geschlossen wurde.

16. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg Bearbeiten

Nach der Schlacht bei Mohács im Jahr 1526 mussten weite Teile des Königreichs Ungarn an die Osmanen abgetreten werden, weshalb Preßburg 1536 zur Hauptstadt des als Königliches Ungarn bezeichneten Restterritoriums erklas. Die Stadt wurde ab diesem Zeitpunkt Sitz aller wichtigen Behörden und Institutionen und ab 1543 auch Sitz des Erzbischofs von Gran.

Zwischen 1563 et 1830 guerre Preßburg Krönungsstadt des Königreichs Ungarn. Hier wurden elf Könige und acht Königinnen aus dem Hause Habsburg gekrönt. Gemäß alter Tradition bestanden die Krönungsfeierlichkeiten [23] aus vier Hauptteilen:

  • Salbung und Krönung des Königs mit der St.-Stephan-Krone im Dom St. Martini
  • Vollzug des Ritterschlages an ungarischen Adeligen durch den neu gekrönten König in der Franziskanerkirche. Damit wurden diese in den Stand der „Ritter des Goldnen Sporns“ erhoben.
  • Ritt auf den Krönungshügel (Schwertschläge)
  • Eid des Königs auf die Ungarische Verfassung vor dem Kloster der Barmherzigen Brüder.

Das 17. und der Beginn des 18. Jahrhunderts waren außerdem gekennzeichnet durch eine Reihe von Pestepidemien, Hochwasserkatastrophen, weiteren Kämpfe mit den Osmanen, Widerstand gegen die Ausbreitung der Reformation sowie mehrere mehrere aufsburgeen partie inférieure des Aufstands von Franz II. Rákóczi im Jahr 1711 ihr Ende fanden.

Im 18. Jahrhundert, insbesondere während der Herrschaft der Kaiserin Maria Theresia zwischen 1740 und 1780, wurde Preßburg zur größten Stadt und einer der wichtigsten Städte des gesamten Königreichs Ungarn. Die Bevölkerungszahl verdreifachte sich. Dank der Anwesenheit des ungarischen Hochadels entstanden zahlreiche neue Paläste, Klöster und Landgüter, während die Burg Sitz des königlichen Statthalters wurde. [24] Auch das kulturelle und öffentliche Leben gewann stark an Dynamik, wie zum Beispiel im Jahr 1776 mit der Eröffnung des ersten festen Theaters, des Städtischen Theaters, dem Vorgänger des heutigen Slowakischen Nationaltheaters. In dieser Zeit kam es ebenfalls zur Entwicklung des Zeitungswesens: als erste erschien die von Matthias Bel gegründete Wochenzeitung Nouvelle Posoniensia (1721-1722). 1764 folgte die deutschsprachige Preßburger Zeitung (erschien bis 1929), 1780 die ungarischsprachige Magyar Hirmondo (bis 1788) et 1783 die slowakische Prépurské noviny (bis 1787). [25] Unter Maria Theresias Sohn Joseph II. setzte jedoch ein Bedeutungsverlust ein, insbesondere nach der Überführung der Kronjuwelen nach Wien im Jahr 1783 und der Verlegung der Verwaltung nach Ofen (heute ein Teil von Budapest). Einzig der ungarische Landtag tagte noch bis 1848 in der Stadt, dennoch wurde sie immer provinzieller. [26]

1805 unterzeichneten im Primatialpalais Diplomaten Österreichs und Frankreichs nach Napoleons Sieg in der Schlacht bei Austerlitz den Frieden von Preßburg. Nachdem sich 1809 das Kaisertum Österreich zusammen mit dem Vereinigten Königreich Großbritannien und Irland wieder gegen das Kaiserreich Frankreich stellte, belagerten und bombardierten französische Truppen die Stadt, wobeerem die sie unten. Zwei Jahre später wurde bei einem Marque auch die Preßburger Burg zerstört. Als Reaktion auf die Revolution von 1848/49 verabschiedete der ungarische Landtag in Preßburg die Märzgesetze, mit denen unter anderem die Leibeigenschaft abgeschafft wurde. [27]

Die erste Eisenbahn im Königreich Ungarn war die im Jahr 1840 eröffnete (anfangs nur Pferde-) Bahn von Preßburg nach Svätý Jur (siehe Pressburg-Tyrnauer Eisenbahn). [28] Die Bahnverbindungen nach Wien und Pest kamen 1848 und 1850 hinzu. [29] Die Industrie nach 1848 und insbesondere nach 1880er Jahren entwickelte sich in der Stadt derart stark, dass Preßburg kurz vor dem Ersten Weltkrieg hinter Budapest die am zweitstärksten industrialisierte Stadt des Königreichs Ungarn war. Begünstigt wurde diese Entwicklung durch gute Eisenbahnverbindungen, die Donau als Wasserstraße und Energiequelle und freigewordene Flächen nach der abgeschlossenen Flussregulierung, in denen sich Fabriken ansiedeln konnten. Zweige wie Chemie-, Maschinenbau-, Lebensmittel, Textil- und Elektroindustrie waren am stärksten vertreten. [30] Ende des 19. Jahrhunderts wurde die Stadt umfassend modernisiert, wobei neue Institutionen entstanden. Zwischen 1891 und 1914 entstand die erste permanente Donaubrücke, die Franz-Josephs-Brücke, die erste Straßenbahnlinie ging in Betrieb und die ungarische Elisabeth-Universität wurde gegründet. Preßburg entichelte sich Ende des 19. Jahrhunderts zu einem Zentrum der slowakischen Nationalbewegung, die jedoch bis in den Ersten Weltkrieg hinein darüber diskutierte, ob Preßburg überhaupt Teil des zu beanspruchenden Landes der Slowaken war sei zu [31] [32]

Zugehörigkeit zur Tschechoslowakei zwischen dem Ersten und dem Zweiten Weltkrieg Bearbeiten

Am Ende des Ersten Weltkriegs gelangte die Stadt durch Beschluss der Alliierten und gegen den Willen der Bevölkerung zu der 1918 neu gegründeten Tschechoslowakei. [33] Um den Verbleib in Ungarn und die Eingliederung von Engerau, das 1919 in Petržalka slowakisiert wurde (siehe Bratislavaer Brückenkopf) entwickelten sich 1919 Kämpfe zwischen den Tschechoslowakischen Legionen, den Alliertenührten un. [34] Presbourg, das auf Slowakisch bisher Préscolaire hieß, wurde in Bratislava umbenannt und statt Martin oder Nitra nun zur factischen Hauptstadt des slowakischen Teils der Tschechoslowakei erklärt. Ausschlaggebend waren die wirtschaftliche Bedeutung, Größe und Lage in Bezug auf Böhmen. Viele ungarische Einwohner verließen daraufhin die Stadt. Im Jahr 1919 wurde anstelle der aufgegebenen Königlich-Ungarischen Elisabeth-Universität die Comenius-Universität gegründet.

Die erste Tschechoslowakische Republik führte eine staatlich gelenkte Slowakisierung der Stadt durch, die von der Zurückdrängung des Deutschen und Ungarischen und vom Zuzug von Slowaken und Tschechen gekennzeichneta war (N siäheres da).

Infolge des Münchner Abkommens vom 30. September 1938 annektierte das Deutsche Reich die damals noch eigenständigen südlich und westlich angrenzenden Gemeinden Petržalka und Devín, die beide eine deutsche Bevölkerungsmehrheit von fast. 90 Prozent hatten

Seit octobre 1938 guerre Bratislava Sitz der Regierung der autonomen Slowakei, seit 14. Mars 1939 Hauptstadt des Slowakischen Staates. 1940 était l'Université de Wirtschaft et en 1942 l'Académie slovaque de Wissenschaften a été fondée. Die slowakische Regierung wies die meisten der in Bratislava lebenden Juden in das Deutsche Reich aus. Von Ende novembre 1944 bis Ende März 1945 bestand in Engerau - wie Petržalka nun wieder hieß - ein Lager für jüdische Zwangsarbeiter. Nachdem die Stadt nach Beginn des Zweiten Weltkriegs lange von Luftangriffen verschont geblieben war, wurde sie am 16. Juni 1944 von amerikanischen Luftstreitkräften bombardiert 157 Tote waren die Folge. [35] Trotz des späten Versuchs des NS-Regimes, die Stadt als „Festung Pressburg“ im Frühjahr 1945 gegen sowjetische Angriffe zu befestigen, wurde sie am 4. Avril 1945 von der Roten Armee erobert. [36] Viele Einwohner der deutschen Volksgruppe waren vor Kriegsende von den deutschen Behörden aus der Stadt evakuiert worden, die verbliebenen Deutschen wurden nach Kriegsende aufgrund der Beneš-Dekrete aus vertriebenen Heima.

1945 bis heute Bearbeiten

1946 est la seule langue qui peut être utilisée comme la seule langue de la ville de Bratislava à être la première du genre en 1944. Unter der Diktatur der Kommunistischen Partei, die im Februar 1948 die Macht an sich riss, entstanden ausgedehnte Plattenbausiedlungen, insbesondere in Petržalka. Nach Kriegsende wurde die Stadt architektonisch sowie wirtschaftlich beträchtlich modernisiert, manchmal auf Kosten der historisch gewachsenen Bausubstanz. Am 1. janvier 1968 wurde Bratislava formell zur Hauptstadt der Slowakei erklärt, die ab 1969 als Slowakische Sozialistische Republik bezeichnet wurde und einer der beiden Teilstaaten innerhalb des föderativen tschechoslowakischen Staates war. 1972 erfolgten weitere Eingemeindungen auf beiden Seiten der Donau, ebenso wurde die Brücke des Slowakischen Nationalaufstandes als zweite Donaubrücke eröffnet.

En 1989, Bratislava est devenue le centre de la guerre révolutionnaire, le dernier jour de la dictature communiste. Seit dem 1. Janvier 1993 ist Bratislava Hauptstadt der unabhängigen Slowakei. Seit der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts erfährt die Stadt einen wirtschaftlichen Aufschwung, der seit den 1990ern durch ausländische Investitionen gefördert wird. Einerseits kommt es zum Ausbau von Dienstleistungen, andererseits büßte die Bedeutung der Industrie in der Stadtwirtschaft ein. [37]

Im Zuge des Hochwassers à Mitteleuropa en mai / juin 2013 le 6 juin sur le Scheitelpunkt (temps record : 10,34 mètres) avec les autocollants suivants sur le Donauhochwasser 2002 [38]

Namen Bearbeiten

Nach der Bildung der ersten Tschechoslowakischen Republik erhielt die Stadt im Jahre 1919 den amtlichen slowakischen Namen Bratislava. [39] Der deutsche Nom Pressburg bzw. nach alter Rechtschreibung Preßburg existiert parallel dazu. In der deutschen und der österreichischen Diplomatie wird die Stadt amtlich Pressburg bezeichnet. [40] [41]

Presbourg Bearbeiten

Les premières villes populaires de la ville comme le "Brezalauspurc" sont répertoriées dans les Annales de Salzbourg (Annales Juvavenses maximi) im Zusammenhang mit der Schlacht von Pressburg im Jahr 907 zwischen Bayern und Magyaren unweit der heute Bratislava genannten Burg. Gemeint dürfte ahd. die Burg eines Brezeslaus sein. Ende des 9. Jahrhunderts errichtete auf dem Schlossberg ein karolingischer Grenzgraf (confinii comes), der Kroate Brazlav aus Sissak, hier an der Grenze des fränkischen Reiches eine Wehranlage, deren Nom dann auf den darunterliegening, [42] Markt die von slowakischen Slawisten inzwischen geteilt wird. [44] Gegen Ende des 20. Jahrhunderts tauchten Münzfunde aus der Zeit um 1000 mit der Inschrift „Preslav (v) a Civitas“ auf. [45]

Der deutsche Nom entwickelte sich weiter zu Pressbourg (bzw. Pressbourg) und davon abgeleitet die slowakische Bezeichnung Prešporok / Prešpurek. Bis 1919 verwendeten die meisten englischsprachigen Autoren die Bezeichnung Pressbourg, [46] während im französischen Sprachraum Presbourg guerre üblich. Tschechisch hießen Burg und Stadt Pre??purk.

Pozsony Bearbeiten

Für die Herkunft des ungarischen Namens Pozsony (in dieser Form erstmals 1773 nachgewiesen) gibt es unterschiedliche Thesen: Laut Eberhard Kranzmayer stammt der Name von einem Franken oder Baiern namens Boso oder Puoso, der in frühkarolingischer Zeit an der Furt über die Wehrdorf. von diem Bosendorf berichtete später Otto von Freising aussi castra Bosani, das in Urkunden latinisiert auch 1146 und 1277 als bosonium sowie 1271 als bozonium erscheint. [47] Davon n'a pas encore soumis de pièces jointes sous quelque forme que ce soit sans délai. Požúň und das lateinische Posonium. Aventinus machte daraus ein Pisonium und schrieb die Gründung einem legendären römischen Fürsten Piso zu. Die jüngere Burg des karolingischen Grenzgrafen Brazlav auf dem Burgberg und die demnach ältere Zivilsiedlung des fränkischen oder bairischen Boso entstanden zeitlich unabhängig voneinander, was erklärt Burg warum später von un den Or Deutschen unwart. Von den Deutschen wurde der Burgname auf den Markt und von den Ungarn der Marktname auf die Burg übertragen.

Jan Stanislav glaubt, den Namen von seinem slowakischen Bozan ableiten zu können, der im 11. Jahrhundert Burgherr à Preßburg gewesen sein soll, historisch aber nicht greifbar ist (* Božänjь). [48] ​​​​Da der Personenname im Slowakischen nicht vorkommt, müsste es sich um einen Südslawen gehandelt haben. Besonders in der Renaissance wurden in Gelehrtenkreisen die latinisierte Forme Posonium und die gräzisierte Forme Istropole (Donaustadt) gebräuchlich. Die Form Istropolis stammt aus der Christianisierungszeit im 9. Jahrhundert (Byzanz).

Bratislava Bearbeiten

Johannes Aventinus a écrit en 16. Jahrhundert, dass die Stadt Anfang des 9. Jahrhunderts vom mährischen Fabelfürsten Vratislav (Wratislaus) aus einer römischen Festung wieder erbaut worden sei undratburgoburgo diesem Fürsten Vralumislaus/ Er nennt auch den lateinischen Namen Pisonium. Die Verlässlichkeit dieser Angaben wird heute à Abrede gestellt. La guerre de Presbourg n'est pas une fête romantique et c'est une fête très importante à Vratislav qui est un endroit très important. Ein böhmischer Herzog Vratislav gründete zwar zu einem späteren Zeitpunkt Breslau in Schlesien (daher der Name), steht aber in keinem Zusammenhang mit Pressburg.

Einige slowakische Autoren verwendeten in den 1830er Jahren in Anlehnung an die irrigen Angaben des Aventinus die Form „(Tatranská) Vratislava“ (z. B. Ján Kollár, 1830). Bratislava, der heutige Stadtname, hat wohl seinen Ursprung im Jahr 1837, als der Wissenschaftler Pavel Jozef Šafárik (in: Slovanské starožitnosti, 1837) in der Form Brecisburg (1042) die slowakische Form * Bracislaw / * Brecislaw von sahört gegründet worden sei. Danach verwendeten Anhänger der slowakischen Nationalbewegung auf der Suche nach einem „slawischeren“ Namen und zur Ablegung der historischen deutschen und ungarischen Ortsnamen die Formen Břetislav (Jan Kollár, 1838), (Martin Kollárís), (Martin Kolláría). Nach der Einführung der neuen Sprachnorm tauchte 1843 die Variante Braťislava (nad Dunajom) (Ján Francisci-Rimavský) auf, [49] wobei in der zweiten Hälfte des 19. Jahrhunderts auch wieder die Formen Břetislav und andere Varianten verwendet wurden. Diese Namen blieben jedoch auf kleine Zirkel der slowakischen Nationalbewegung beschränkt. Sie hatten weder amtliche Bedeutung noch fanden sie Eingang in den allgemeinen Sprachgebrauch der Slowaken, die am historischen slowakischen Namen Prešporok und entsprechende Varianten festhielten.

Nach Ende des Ersten Weltkriegs kam für kurze Zeit die Bezeichnung Wilsonovo mesto ordre Wilsonovo (Wilson-Stadt) auf, nach dem amerikanischen Präsidenten Woodrow Wilson (nach manchen Quellen verwendeten diesen Namen jedoch ausschließlich tschechoslowakische Legionen en italien Anfang 1919 auf militärischen Karten). Hintergrund war die Durchsetzung nationalslowakischer Ansprüche auf Pressburg auf der Friedenskonferenz in Paris mit Hilfe eines slawischklingenden Ortsnamens, da man durch den deutschen und ungarischen Ortsnamen die Glaubwürdigkeunt slowakischer Forderde Mit Prešporok hatten sich die Slowaken nämlich eine Stadt zur Kapitale ihres Landesteils erwählt, in der sie selbst deutlich in der Minderheit waren und in der derangeangebende Teil der mehrheitlich Existe de neutsch- und ungarischölsprachigen benz Am 22. Februar 1919 legte die tschechoslowakische Regierung den Kunstnamen Bratislava amtlich fest, änderte dies jedoch am 16. Mars 1919 à Bratislava, da die Endung -un V tschechisch sei. [50] Die Verlautbarung, mit der „Bratislava“ als Name rechtswirksam wurde, erfolgte am 27. März 1919 in einem Amtsblatt, das selbst noch den Namen „Prešporok“ als Ortsangabe auf der Titelseite hatte. [51] Gleichzeitig wurde der neue Nom für „unübersetzbar“ erklärt und der Gebrauch der historischen Namen unter Strafe gestellt. [32] [39]

Heutige Namenssituation Bearbeiten

Die Bezeichnung der Stadt in anderen Sprachen ist heute kein großes Thema mehr in der Slowakei. Allerdings wird der 1919 eingeführte Kunstname Bratislava von slowakischen Stellen auch in fremdsprachigen Publikationen ausschließlich verwendet und nicht die in verschiedenen Sprachen vorhandenen historischen Exonyme. In der österreichischen Presse gerät die Bezeichnung Pressbourg zunehmend und in den bundesdeutschen Medien mittlerweile fast völlig in den Hintergrund. Beide Botschaften in der Stadt firmieren aber weiterhin unter dem deutschen Namen Pressbourg. [52] [53] Im Gegensatz dazu verwenden die ungarische Presse und der Staat Ungarn auch in offiziellen Dokumenten weiterhin konsequent den ungarischen Namen Pozsony, qui fait partie de Schildern auf Ungarns Straßen die Doppelbezeichnung Pozsony-Bratislava zu lesen ist. [54]

In der Stadt selbst sind die historischen Namen durchaus präsent, sowohl Firmen, vor allem im Gastronomie- und Tourismusbereich, wie auch kulturelle Institutionen oder Ensembles nutzen sie gern als localeshistorisches Kolorit. Besonders häufig sind Benennungen mit Bezug auf Préscolaire un D Pressbourg, die Bezeichnung Pozsony Dagegen findet sich kaum, ist jedoch noch vereinzelt auf Kanaldeckeln aus der Vorkriegszeit zu lesen. Auch der Nom Wilsonovo / Wilsonstadt wurde gelegentlich referenziert, donc bspw. in einer Erzählung des Schriftstellers Michal Hvorecký und der Benennung des von ihm mitgegründeten Wilsonic-Festivals. [55]

Ein gebräuchlicher umgangssprachlicher Nom für die Stadt ist Bleu, eine Verkürzung von Bratislava, zugleich aber auch der Nom eines westslowakischen Flusses und dementsprechende mehr abwertende Bezeichnung für die Einwohner Blaváci, anstelle des schriftsprachlichen Bratislava. [56]


Hogyan lett Pozsonyból Bratislava?

Le Pozsonyban történt 1919-es eseményekről emlékezik meg a Pozsonyi Kifli Polgári Társulás rendhagyó « pop-up » kiállítása az óvárosi Komenský tèren (az egykori Csholáky háky téromny.) Un kiállítás október 6-ig tekinthetők meg.

A Csehszlovák Köztársaság kikiáltásakor egyáltalán nem volt egyértelmű, hogy Pozsony a formálódó új államhoz tartozhat, s azon belül a szlovákiai rész központikjává vá vá. Ahogyan az sem volt biztos, hogy Bratislavának fogják hívni (a város korábbi szlovák neve Prešporok vagy Požúň volt).

Pozsonyt 1918 octébere és 1919 márciusa között Wilsonvárosnak (Wilsonovo mesto, Wilsonstadt) hívták T. W. Wilson amerikai elnök után. A helyiek abban bíztak, hogy a népek önrendelkezéséről szóló wilsoni elv alapján eldönthetik majd, milyen állami keretek között képzelik el a jövőjüket.

El szlovák politikai elit akkoriban elég megosztott volt a város Csehszlovákián belüli szerepét illetően. Egy részük nem a német-magyar többségű Pozsonyt, hanem inkább Besztercebányát vagy Túrocszentmártont látta volna szívesen a szlovákiai rész fővárosaként. Végül a pragmatikus érvek győzedelmeskedtek : „Csehszlovákiának szüksége van a Dunára”- mondta akkoriban T. G. Masaryk, Csehszlovákia első köztársasági elnöke.

Csehszlovák legionáriusok 1919. janvier 1-jén foglalták el Pozsonyt. Az új karhatalom, eblhe ellenségesen viszonyult az akkori lakosság, mindinkább megerősítette pozícióját a városban.

Ennek egyfajta kicsúcsosodásai voltak azok a tragikus események, mellek „véres szerda”, vagy „pozsonyi sortűz” néven lettek ismertek. 1919. 12 février csehszlovák legionáriusok magyarok és németek csoportjába lőttek, akik többek között a megszállás ellen is tüntettek aznap a Regi Vásárcsarnok előtt (ma Stará tržnica). A sortűz következtében többen életüket vesztették, és számos ember megsérült.

A kiállítás gerincét történelmi források, a régi pozsonyiak és a városba bevonuló csehszlovák legionáriusok korabeli visszaemlékezései alkotják.

Branislav Varsik szlovák történész egyik művében például arról emlékezik meg, hogy Pozsonyban, főleg a munkások körében, sok volt a szlovák származású lakos, ekám csak rendtzett

Szlovák vérfrissítésre volt szükség. Még az új csehszlovák tisztségviselők és alkalmazottak est jórészt csehek voltak, akárcsak reálgimnáziumunk tanarai”- Irja Varsik. Eközben özönlöttek Pozsonyba az új szlovák és cseh lakosok, emiatt nagy lakáshiány alakult ki a városban.

Feltűnik Samuel Zoch főispán személye est, aki Pozsony és Pozsony megye 1919. janvier 1-jén hivatalba lépett zsupánja és kormánybiztosa volt.

Zoch örömét fejezi ki Csehszlovákia megalakulásával kapcsolatban: „A szlovák nép szabadsága és Csehszlovák Köztársaságunk léte immár valóság. Régi vagyunk megvalósult, és akik évszázadokon át el voltak valasztva egymástól, újfent egy államban egyesültek. Un testvérek egymásra találtak, és az előrenyomuló csehszlovák hadsereg minden szlovákot felszabadít az anyenéves iga alól ”.

Peéry (Limbacher) Rezső író és publicista kilencéves kisgyerekként élte meg az 1919. januárjában Pozsonyba bevonuló csehszlovák fegyveres csapatokat:

Így kezdődött az a gigantikus műtét, onen a régi ország szlovákok lakta északi területeit egy tekintélyes terjedelmű és mélységű magyar etnikai sávval egyetemben kihasítágá magyar. Ezzel a beavatkozással hozták létre az első világháború győztes hatalmai a Csehszlovák Köztársaságot”- emékezik vissza Peéry (Limbacher) Rezső A végzet bábjátéka c. Munkájában.

A korabeli Bratislavský denník hasábjain (1921) egy csehszlovák legionárius írja meg benyomásait Pozsonyról, mellek számára egyáltalán nem voltak pozitívak.

… Mindenféle nyelven karattyolnak, csak epp államnyelven nem. Az utcatáblák ugyan helyenként már háromnyelvűek, de nem mindenütt… Es vajon milyen nyelven köszöntik a boltba vagy vendéglőbe belépőt? Egy külföldi bizonnyal azzal az érzéssel távozik Pozsonyból, hogy a város egyenlőre csupán Pestnek vagy Bécsnek afféle fiókja”- írja a csehszlovák legionárius, aki szerint még mindig sok ember a régi szellemen él Pozsonyban. Habár nem mondják ki nyilvánosan, de lépten-nyomon ez az érzése az embernek - jegyzi meg.


L'art de la cuisson des petits pains de Bratislava

Il suffit de suivre l'arôme, conduisant facilement tous les gourmands dans la boulangerie, où des boulangers qualifiés préparent des petits pains traditionnels de Bratislava à la vitesse de l'éclair. L'arôme des petits pains fraîchement sortis du four peut être senti au carrefour des rues Riazanská et Kukučínová. La boulangerie elle-même est à quelques dizaines de mètres dans la rue Riazanská.

« Nous avons commencé à préparer des petits pains de Bratislava de notre propre gré », a expliqué Ján Šimunek, propriétaire de l'entreprise familiale FantasticCo, expliquant pourquoi lui et sa femme ont décidé de créer leur propre boulangerie il y a des années. « Nous aimons les petits pains et à cette époque, vers 2013, c'était un problème de trouver de bons petits pains de Bratislava dans la ville. Nous avons donc décidé de les faire cuire nous-mêmes. »

Šimunek a d'abord travaillé dans l'armée de l'air militaire et ce n'est qu'après avoir terminé ce chapitre de sa vie qu'il a appris l'art de la pâtisserie. Son professeur était le boulanger Vojtech Szemes, qui mérite le plus grand crédit pour le renouvellement réussi de la tradition des petits pains de Bratislava. En tant qu'ancien chef de la Guilde des boulangers et confiseurs de Slovaquie occidentale, il a redonné vie à cette pâtisserie traditionnelle de Bratislava et s'est battu cinq ans pour qu'elle soit reconnue par l'UE comme une spécialité traditionnelle. Les rouleaux ont reçu la Marque de Garantie des Spécialités Traditionnelles (TGS) en 2012.

Histoire de rouleaux

La première mention écrite des petits pains cuits à Presbourg, l'actuelle Bratislava, provient du livre de la guilde des boulangers et remonte à 1599. On y lit que le lundi de Pâques, il a été décidé que tous ceux qui préparent des bretzels devraient cuire les petits pains. A la fin du 19ème siècle, il y avait plusieurs boulangers de la ville, qui à cette époque étaient connus sous le nom de Pozsonyi Kifli en hongrois ou Pressburger Beigel en allemand. Leurs années crépusculaires ont été prédéterminées par la Seconde Guerre mondiale. Après l'arrivée des communistes en Slovaquie, les rouleaux sont devenus l'un des symboles de l'ère bourgeoise. Les célèbres boulangeries ont été nationalisées et les petits pains ont presque disparu des cafés et des pâtisseries. La tradition n'a été rétablie qu'à la fin des années 1990.

Chez FantastiCo, ils ont créé un lien avec la tradition bouleversée pendant de nombreuses années sous le régime communiste. Ils ont recherché des recettes et des pratiques originales et ont essayé de les ramener.

"Au fond, c'est une recette très simple, mais ce n'est pas facile de faire de bons petits pains", a déclaré Šimunek. "A Bratislava, par conséquent, il y a très peu de producteurs qui préparent les rouleaux originaux de Bratislava."

Il estime qu'environ 200 boulangeries préparent cette spécialité traditionnelle dans la région de Bratislava, mais seulement environ cinq d'entre elles préparent de véritables petits pains de Bratislava de qualité.


Produits de boulangerie-pâtisserie pour les fêtes

Les boulangeries et pâtisseries attachent une importance particulière à la diversification des assortiments de produits avec de nouvelles formes et des assortiments uniques, afin d'être au goût du plus grand nombre de clients. En vous inscrivant à ce cours, vous pouvez apprendre, en seulement deux jours, l'ensemble du processus de fabrication technologique nécessaire pour obtenir plusieurs produits spécifiques aux vacances d'hiver, tels que : plusieurs types de gâteaux, pâtisseries avec et sans garnitures, différents assortiments de pain.

La formation répond à la tendance des consommateurs à s'orienter vers les produits artisanaux de boulangerie et de pâtisserie.

En utilisant diverses combinaisons d'ingrédients, y compris des farines complètes ou des graines, les élèves s'exerceront à des dizaines de façons de transformer, de façonner et de cuire des pâtes, dans le but de diversifier les assortiments. Les étudiants apprendront en expérimentant concrètement comment doser les matières premières, quel est l'ordre des étapes de transformation de la pâte, comment elle se comporte dans divers environnements environnementaux, quelles conditions d'humidité et de température nécessitent certains types de pâte, comment se déroule le processus de fermentation, quels types de cuisson existent et quelles astuces peuvent être appliquées pour corriger certaines erreurs dans le processus de cuisson.

Les recettes suivantes seront préparées pendant le cours :

Pommes de terre aux pommes de terre
Pogacèle avec jumari
Pâte feuilletée sucrée
Pâte feuilletée salée
Corne de Bratislava « Pozsonyi »
Cozonac Baigli
Maïs au lait
Corne de fromage
Maïs Altdorfi (Bâton Sandvici)
Rouleaux
Gâteau "six feuilles"
Pain aux pommes de terre artisanales
Pain grillé
Pain au chou
Baguette rustique
pain blanc
pain de seigle


Croissants de Bratislava (Pozsonyi kifli) - Recettes

(1) Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE.

COMMUNICATIONS DES INSTITUTIONS, ORGANES, BUREAUX ET AGENCES DE L'UNION EUROPÉENNE

Journal officiel de l'Union européenne

Non-opposition à une concentration notifiée

(Cas M.8720 - Jones Lang LaSalle / intu Properties / The Chapelfield Partnership)

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 11 janvier 2018, la Commission a décidé de ne pas s'opposer à la concentration notifiée ci-dessus et de la déclarer compatible avec le marché intérieur. La présente décision est fondée sur l'article 6, paragraphe 1, point b), du règlement (CE) no 1234/2007. Règlement (CE) n° 139/2004 du Conseil. Le texte intégral de la décision n'est disponible qu'en anglais et sera rendu public une fois que tous les secrets commerciaux qu'elle pourrait contenir auront été supprimés. Sera disponible:

sur le site Internet de la direction générale de la concurrence de la Commission, dans la section sur les concentrations (http://ec.europa.eu/competition/mergers/cases/). Ce site Web fournit diverses fonctionnalités pour identifier les décisions de fusion individuelles, y compris la société, le numéro de dossier, la date et les indices sectoriels.

sous forme électronique sur le site EUR-Lex (http://eur-lex.europa.eu/homepage.html?locale=ro), sous le numéro de document 32018M8720. EUR-Lex permet l'accès en ligne à la législation européenne.

INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES, BUREAUX ET AGENCES DE L'UNION EUROPÉENNE

Journal officiel de l'Union européenne

Taux de change euro (1)

(1) Source : taux de change de référence publié par la Banque centrale européenne.

Journal officiel de l'Union européenne

la création d'un groupe d'experts sur le respect de la législation environnementale et la gouvernance environnementale

vu le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne,

L'article 191 du traité confie à l'Union et aux États membres la mission de veiller à ce que la politique environnementale de l'Union contribue à la conservation, à la protection et à l'amélioration de la qualité de l'environnement et vise un niveau élevé de protection.

Afin d'assurer une meilleure application et un meilleur respect du droit environnemental de l'Union, conformément à la communication de la Commission intitulée "Action de l'UE pour améliorer le respect du droit environnemental et de la gouvernance environnementale" (1), la Commission devrait s'appuyer sur l'expertise de spécialistes. corps.

Il est donc nécessaire de constituer un groupe d'experts sur le respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale et d'en définir les missions et la structure.

Le groupe devrait contribuer à l'élaboration de documents d'orientation sur les bonnes pratiques visant à garantir le respect de la législation environnementale, d'autres documents d'information, y compris sur les compétences et les connaissances professionnelles, et l'évaluation des systèmes nationaux, ainsi que le développement d'activités de sensibilisation et de sensibilisation des informations dans le domaine du respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale. Dans le même temps, le groupe devrait aider à coordonner et suivre la mise en œuvre des actions visant à améliorer le respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale, et assister la Commission dans la préparation d'initiatives politiques et de propositions législatives sur des questions de gouvernance plus larges.

Le groupe devrait être composé d'experts des États membres de l'UE, ainsi que de représentants des réseaux professionnels paneuropéens existants traitant des questions liées au respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale.

Des règles devraient être établies pour la divulgation d'informations par les membres du groupe.

Les données à caractère personnel doivent être traitées conformément au règlement (CE) n° 882/2004. règlement (CE) no 45/2001 du Parlement européen et du Conseil (2),

Le groupe d'experts sur le respect de la législation environnementale et la gouvernance environnementale est constitué. Le groupe s'appellera le « Forum sur le respect de la législation environnementale et la gouvernance environnementale ».

assister la Commission dans la coordination et le suivi de la mise en œuvre des actions visant à améliorer le respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale, ainsi qu'à l'élaboration de propositions législatives ou d'initiatives politiques dans le domaine du respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale, notamment en ce qui concerne:

promouvoir le respect, surveiller et assurer le respect de la législation environnementale (assurer le respect)

accès à la justice en matière d'environnement

accès aux informations environnementales

toute autre question liée à la gouvernance

établir une coopération et une coordination entre la Commission, les États membres et les réseaux professionnels paneuropéens existants (3) sur des questions relatives à la mise en œuvre de la législation, des programmes et des politiques environnementales de l'Union

encourager l'échange d'expériences et de bonnes pratiques dans le domaine du respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale.

La Commission peut consulter le groupe sur toute question relative à la mise en œuvre d'actions relatives au respect de la législation environnementale et à la gouvernance environnementale, y compris la mise en œuvre d'actions visant à améliorer le respect de la législation environnementale et de la gouvernance environnementale (4), en les réexaminant et en identifiant de nouvelles actions après 2019.

1. Les membres sont les autorités des États membres et d'autres organismes publics.

2. En particulier, les entités publiques suivantes sont membres du groupe:

Réseau de l'Union européenne pour la mise en œuvre et l'application de la législation environnementale

Réseau européen des procureurs environnementaux

Forum des juges environnementaux de l'UE

Réseau européen des directeurs d'agences de protection de l'environnement

Organisation européenne des institutions supérieures de contrôle

3. Les autorités des États membres et autres organismes publics désignent leurs représentants et sont chargés de fournir à leurs experts un haut niveau d'expertise.

4. Les membres qui ne sont plus en mesure de contribuer efficacement aux délibérations du groupe d'experts qui, de l'avis du service compétent de la Commission, ne remplissent pas les conditions prévues à l'article 339 du traité sur le fonctionnement de la Commission l'Union européenne ou démissionnaires invités à assister aux réunions du groupe et pouvant être remplacés pour la durée de leur mandat restant à courir.

Le groupe est présidé par un représentant de la direction générale de l'environnement de la Commission ("DG ENV").

1. Le groupe agit à la demande de la DG ENV conformément aux règles horizontales pertinentes de la Commission applicables aux groupes d'experts («règles horizontales») (5).

2. Les réunions du groupe ont en principe lieu dans les locaux de la Commission.

3. La DG ENV assure les services de secrétariat. Des fonctionnaires d'autres services de la Commission intéressés par leurs activités peuvent assister aux réunions du groupe et de ses sous-groupes.

4. En accord avec la DG ENV, le groupe peut décider, à la majorité simple de ses membres, que les délibérations soient rendues publiques.

5. Le procès-verbal des discussions sur chaque point à l'ordre du jour et les avis rendus par le groupe sont concluants et complets. Le procès-verbal est dressé par le secrétariat, sous la responsabilité du président.

6. Le groupe adopte ses avis, recommandations et rapports par consensus. En cas de vote, le résultat du vote est décidé à la majorité simple des membres. Les membres ayant voté contre ont le droit de joindre aux avis, recommandations ou rapports du groupe un document résumant les arguments sur lesquels se fonde leur position.

1. La DG ENV peut créer des sous-groupes afin d'examiner des questions spécifiques sur la base du mandat défini par la DG ENV. Les sous-groupes fonctionnent conformément aux règles horizontales et rendent compte au groupe. Une fois qu'ils ont rempli leur mandat, les sous-groupes sont dissous.

2. Les membres des sous-groupes qui ne sont pas membres du groupe sont sélectionnés par un appel public à candidatures conformément aux règles horizontales (6).

La DG ENV peut inviter des experts ayant une expertise sur un sujet spécifique à l'ordre du jour à participer, ad hoc, aux activités du groupe ou des sous-groupes.

1. Les personnes physiques, organisations ou autres entités publiques autres que celles énumérées à l'article 4 peuvent se voir accorder le statut d'observateur, conformément aux règles horizontales, sur la base d'une invitation directe.

2. Les organisations ou entités publiques ayant obtenu le statut d'observateur désignent leurs représentants.

3. Les observateurs et leurs représentants peuvent être autorisés par le président à participer aux discussions du groupe et à apporter leur expertise. Cependant, ils n'ont pas le droit de vote et ne participent pas à la formulation des recommandations ou avis du groupe.

Sur proposition et avec l'accord de la DG ENV, le groupe adopte son règlement intérieur à la majorité simple de ses membres, sur la base du règlement intérieur type des groupes d'experts, conformément aux règles horizontales (7).

Secret professionnel et gestion des informations classifiées

Les membres du groupe et leurs représentants, ainsi que les experts et observateurs invités, respectent les obligations de secret professionnel qui, en vertu des traités et de leurs modalités d'exécution, s'appliquent à tous les membres des institutions et à leur personnel ainsi qu'aux Règles de sécurité de la Commission Informations classifiées de l'Union prévues dans les décisions de la Commission (UE, Euratom) 2015/443 (8) et (UE, Euratom) 2015/444 (9). Si ces obligations ne sont pas respectées, la Commission peut prendre toutes les mesures nécessaires.

1. Le groupe et ses sous-groupes sont inscrits au registre des groupes d'experts et autres organes similaires de la Commission (ci-après dénommé "registre des groupes d'experts").

2. En ce qui concerne la composition du groupe, les données suivantes sont publiées dans le registre des groupes d'experts :

le nom des autorités des États membres

le nom d'autres entités publiques

3. Tous les documents pertinents, y compris les ordres du jour, les procès-verbaux et les contributions des participants, sont publiés soit dans le registre des groupes d'experts, soit via un lien dans le registre vers un site internet spécialisé contenant ces informations. L'accès aux sites Web spécialisés n'est pas soumis à l'enregistrement de l'utilisateur ou à d'autres restrictions. En particulier, l'ordre du jour et les autres documents de référence pertinents sont publiés en temps utile avant la réunion et le procès-verbal est publié sans délai après la réunion. Des exceptions à la publication ne sont prévues que s'il est considéré que la divulgation d'un document pourrait porter atteinte à la protection d'un intérêt public ou privé tel que défini à l'article 4 du règlement (CE) no 1234/2007. Règlement (CE) no 1049/2001 du Parlement européen et du Conseil (10).

Frais de réunion

1. Les participants aux activités du groupe et des sous-groupes ne sont pas rémunérés pour les services fournis.

2. Les frais de voyage et de séjour des participants aux activités du groupe et des sous-groupes sont remboursés par la Commission. Le remboursement est effectué conformément aux dispositions en vigueur au sein de la Commission et dans la limite des crédits disponibles alloués aux services de la Commission dans le cadre de la procédure annuelle d'allocation des ressources.

Fait à Bruxelles, le 18 janvier 2018.

(2) Règlement (CE) n°. Règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires et à la libre circulation de ces données (JO L 8, 12.1.2001, p. 1). ).

(3) Réseau de l'Union européenne pour la mise en œuvre et l'application du droit de l'environnement (IMPEL), Forum des juges environnementaux de l'UE (EUFJE), Réseau européen des procureurs environnementaux (ENPE), EnviCrimeNet, Réseau européen des directeurs des agences de protection de l'environnement (NEPA) et le Organisation européenne des institutions supérieures de contrôle (EUROSAI).

(5) Décision de la Commission du 30 mai 2016 établissant des règles horizontales relatives à la constitution et au fonctionnement des groupes d'experts de la Commission, C (2016) 3301, article 13, paragraphe 1.

(6) C (2016) 3301, articles 10 et 14 (2).

(8) Décision (UE, Euratom) 2015/443 de la Commission du 13 mars 2015 relative à la sécurité au sein de la Commission (JO L 72 du 17.3.2015, p. 41).

(9) Décision (UE, Euratom) 2015/444 de la Commission du 13 mars 2015 relative aux règles de sécurité pour la protection des informations classifiées de l'UE (JO L 72 du 17.3.2015, p. 53).

(10) Règlement (CE) n° Règlement (CE) n° 1049/2001 du Parlement européen et du Conseil du 30 mai 2001 relatif à l'accès du public aux documents du Parlement européen, du Conseil et de la Commission (JO L 145 du 31.5.2001, p. 43).

Journal officiel de l'Union européenne

Communication de la Commission dans le cadre de la mise en œuvre du règlement (UE) no. Règlement (CE) n° 305/2011 du Parlement européen et du Conseil fixant les conditions harmonisées de commercialisation des produits de construction et abrogeant la directive 89/106/CEE du Conseil

[Publication des références des documents d'évaluation européens conformément à l'article 22 du règlement (UE) n° 182/2011 305/2011]

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Les dispositions du Règlement (UE) n. 305/2011 prévaut sur toute disposition contraire dans les documents d'évaluation européens

Numéro de référence et titre du document d'évaluation européen

Numéro de référence et titre du document d'évaluation européen remplacés

Mur composite en béton préfabriqué avec connecteurs ponctuels

Éléments préfabriqués en béton fibré à hautes performances (BFUP) pour balcons

Panneau léger, fait de mortier de ciment et de PSE granulaire, renforcé de treillis en fibre de verre et de profilés métalliques

Assemblages de charnières multi-axes enterrés

Système de vitrage sans profilés verticaux pour balcons (et terrasses)

Les trappes d'accès au toit, au sol, aux murs et au plafond peuvent également être utilisées comme sorties de secours / avec ou sans résistance au feu

Portes intérieures piétonnes, en acier, à un ou deux battants, coupe-feu et/ou pare-fumée

Imperméabilisation liquide de toiture à base de siloxane

Membrane utilisée comme substrat pour les toits

Produits d'isolation thermique et/ou acoustique, à base de fibres végétales ou animales

Produits d'isolation thermique pour les bâtiments, avec des composants thermoréfléchissants

Panneaux d'isolation sous vide (VIP) avec couche de protection appliquée en usine

Tissu en fibre de verre pour le renforcement des enduits à base de ciment

Plaques composites à faible coefficient lambda, constituées de fibres de laine minérale et d'additifs aérogel

Tapis en fibre de caoutchouc pour l'isolation des bruits d'impact

Panneaux thermiques et/ou insonorisants à base de polystyrène expansé et de ciment

Systèmes composites d'isolation thermique par l'extérieur, destinés aux bâtiments à ossature bois

Plaques et produits d'insonorisation thermique et/ou acoustique, obtenus par moulage d'acide polylactique expansé

Produits d'isolation thermique et/ou acoustique en fibres végétales, charges, fabriqués in situ

Kits pour système d'isolation thermique extérieur composite (ETICS), avec plaques comme produit d'isolation thermique et revêtement discontinu comme surface extérieure

Isolation thermique et acoustique préfabriquée en fibres de polyester

Produit d'isolation thermique et/ou acoustique réalisé in situ constitué de liège granulé expansé

Isolation en granulés de liège expansé ou mélangé

Isolant de remplissage thermique et/ou acoustique, obtenu à partir de fibres d'origine animale, fabriqué in situ

Isolation thermique et/ou acoustique à base de polystyrène expansé

Isolation thermique en aérogel à base de silicone et renforcée de fibres

Panneaux de polystyrène extrudé comme couche de résistance et/ou d'isolation thermique à l'extérieur de l'imperméabilisation

Panneaux en laine de verre avec fonction de résistance et d'isolation thermique en plus de l'étanchéité

Palier sphérique et cylindrique, avec matériau de glissement spécial, obtenu à partir de polymère fluoré

Roulements sphériques et cylindriques avec surface de glissement en PTFE rempli de lubrifiant solide et renforcé de fibres

Cheminée en terre cuite / revêtement céramique classé T400 (minimum) N1 W3 Gxx

Ensemble cheminée avec revêtement terre cuite/céramique et mur extérieur spécifique, avec classement T400 (minimum) N1 W3 Gxx

Ensemble de cheminée avec remplissage en terre cuite / céramique avec classification T400 (minimum) N1 / P1 W3 Gxx, avec différents types de murs extérieurs et la possibilité de les changer

Plaques de plâtre pour applications porteuses

Ruban d'étanchéité en fibre de verre pour cloison sèche

Géogrille hexagonale non liée pour la stabilisation des couches granulaires libres par liaison d'agrégats

Panneaux préfabriqués en laine minérale compressée avec finition organique ou inorganique et système de fixation spécifique

Surface vitrée verticale, appuyée ponctuellement

Kits de bardage de façade ventilée avec dalles légères fixées sur ossature, avec enduit appliqué in situ, avec ou sans isolation thermique

Systèmes de revêtement de façade en pierre agglomérée

Kit composé de sous-structures et de fixations pour la fixation d'éléments de revêtement et d'éléments de façade

Elément de vitrage isolant avec scellement structurel et fixation ponctuelle

Kit de bardage extérieur de façade ventilée, composé d'un panneau métallique nid d'abeille et d'accessoires de fixation

Film rétro-réfléchissant à structure microprismatique

Poteaux d'éclairage en acier

Joints de dilatation souples pour ponts routiers, avec remplissage souple à base de liant polymère synthétique

Planches en bois massif - planches fixées avec des chevilles utilisées comme élément structurel dans les bâtiments

Panneau en bois massif utilisé comme élément structurel dans les bâtiments

Bois lamellé-collé à partir de bois dur - contreplaqué de bois de hêtre plaqué pour les structures

Éléments préfabriqués en bois, éléments de planches assemblés mécaniquement, utilisés pour les éléments structurels des bâtiments

Bois de structure classés par résistance - poutres à section rectangulaire à bords chanfreinés en bois de châtaignier

Élément en bois massif - élément structurel pour bâtiments, composé de planches jointes en queue d'aronde

Joints de cheville recouverts de résine

Bûches monolithiques ou lamellées pour murs et poutres

Clous et vis pour la fixation des planches dans les structures en bois

Système de construction modulaire

Tuiles composites bois-béton, avec chevilles de fixation

Vis de construction en bois

Bois de construction classés par résistance - bois étuvé, de section rectangulaire, même assemblés en queue d'aronde, de résineux

Bois de structure classés par résistance - poutres rectangulaires à bords biseautés en bois résineux

Bois lamellé-collé, obtenu à partir de panneaux traités à la vapeur, de section rectangulaire - essence douce

Ciment sulfoaluminate de calcium

Ciment réfractaire à l'aluminate de calcium

Ciment haute résistance

Ciment à prise rapide, à base de sulfoaluminate de calcium, résistant aux sulfates

Ciment Portland pouzzolanique pour climat tropical

Ciment de haut fourneau CEM III / A avec résistance aux sulfates (SR) et, en option, faible teneur en alcalis réels (LA) et/ou faible chaleur d'hydratation (LH)

Kits de post-tension pour structures précontraintes

Remplisseurs spéciaux pour kits de post-tension

Siphon de sol - avec obturateur mécanique interchangeable

Raccords flexibles pour canalisations d'évacuation et d'égout avec ou sans pression

Système de plancher flottant à sec, avec éléments préfabriqués imbriqués, en carreaux de céramique et tapis en caoutchouc

Câbles préfabriqués en acier ou en acier inoxydable avec connecteurs d'extrémité

Pieux structurels en acier à sections tubulaires et joints rigides

Systèmes d'espacement pour toitures et façades ventilées métalliques

Joints et semelles en pierre pour pieux en béton

Produits laminés à chaud et éléments de structure des nuances d'acier Q235B, Q235D, Q345B et Q345D

Gabions et caissons métalliques hexagonaux

Gabions et matelas de gabions en treillis soudé

Produits longs en aciers de construction de qualité spéciale, soudables à fine granulation obtenus par laminage thermomécanique

Systèmes de treillis métallique pour remplissage renforcé

Systèmes de tirants préfabriqués avec connecteurs spéciaux

Connecteur à vis fixé avec des clous

Toitures et façades avec attaches cachées

Système de micropieux - Système de tubes pour micropieux autoforants - Tubes tubulaires en acier sans soudure

Gabions et caissons en treillis hexagonal galvanisé

Piles de tuyaux en fonte ductile

Boîtes grillagées en gabion, matelas et sacs en treillis métallique torsadé à mailles hexagonales régulières recouvertes de zinc et/ou d'un revêtement organique + zinc

Attaches avec clips métalliques

Élément modulaire pour la construction

Plaques d'ardoise pour couverture en polypropylène, calcaire et enduits

Tôle et feuillard en alliage de cuivre, entièrement supportés, pour toitures, revêtements extérieurs et revêtements intérieurs

Profilés de bordure pour terrasses et balcons

Plaques plates en plastique pour toitures discontinues entièrement supportées et revêtements extérieurs

Lanterneau de faîtage autoportant

Unité de ventilation décentralisée basse pression à haute efficacité énergétique, flux alterné et récupération de chaleur

Fraises à neige en polycarbonate pour toitures

Vitrage structurel horizontal dans la console (plafond en verre structurel / auvent)

Tuile en plastique, plate ou profilée (à motifs), de matériaux recyclés, pour toitures discontinues, entièrement supportée

Panneaux en maille avec maille annulaire

Panneaux de câbles en acier assemblés

Treillis métalliques doubles torsadés, même armés de câbles

Produits de marquage routier

Additifs pour la production d'enrobés - Granulés bitumineux obtenus par recyclage de feutre de toiture bitumineux

Systèmes frontaux flexibles pour la stabilisation des pentes et la protection des rochers

Profilés et plaques porteuses pour la construction, en polymères renforcés de fibres (FRP / composites renforcés de fibres de verre)

Fibres de verre de zirconium résistantes aux alcalis pour une utilisation dans le béton

Additif polymère pour béton

Additif de type I - pour béton, mortier et chape de mortier - Solution aqueuse

Bloc d'égout prémonté pour drainage ou infiltration

Système de canalisation pour le transport d'eau froide et chaude à l'intérieur des bâtiments

Feuille stratifiée pour l'imperméabilisation des joints de construction et des joints pour le contrôle des fissures du béton

Ruban d'étanchéité extensible, à base de bentonite, pour cordon de construction en béton étanche

Systèmes de boulons structurels extensibles pour montage en aveugle

Vis réglables pour béton

Ancre coulée avec base filetée interne

Vis de serrage pour panneaux sandwich

Appareil de levage

Chevilles en métal injecté pour maçonnerie

Systèmes de fixation de grilles en tôle ondulée ou en barreaux métalliques

Système de serrage à haute résistance au glissement

Fixations à commande mécanique polyvalentes dans le béton pour applications non structurelles

Plaque en acier avec chevilles de fixation

Boulon de grenaille pour la fixation de la tôle et des éléments minces en acier

Système de fixation avec pinces auto-ajustables

Chevilles en plastique, matériau neuf ou recyclé, pour la fixation de systèmes d'isolation thermique composites à l'extérieur avec du plâtre

Attaches mécaniques utilisées dans le béton

Élément de fixation pointu, en polymère renforcé de fibre de verre, pour parois sandwich

Attaches chimiques utilisées dans le béton

Rail de montage, laminé à chaud

Boulon pour la fixation d'ETICS dans le béton

Panneaux en treillis d'acier, avec isolation thermique intégrée, pour des structures entières

Marches d'escalier préfabriquées

Systèmes flexibles pour arrêter les coulées de détritus et les glissements de terrain peu profonds / coulées de détritus à pente ouverte

Kits d'infrastructure pour bâtiments chauffés

Éléments de toiture légers en acier/bois

Kit de tuyaux de service ignifuges, composé de raccords préfabriqués (en tôle d'acier apprêtée mécaniquement) et d'accessoires associés

Produits intumescents pour éviter la propagation du feu et protection incendie

Séparateur d'eau ignifuge avec joint ignifuge intumescent (associé à un siphon de sol en acier inoxydable)

Pansements et kits d'application Pansements pour applications ignifuges

Joints pour joints linéaires et joints de dilatation

Produits et kits de protection incendie à base de tuiles, panneaux semi-rigides et panneaux souples

Revêtements réactifs pour la protection des éléments en acier contre le feu

Les documents d'évaluation européens (EAD) sont adoptés par l'Organisation européenne des agréments techniques (EOTA) en anglais. La Commission européenne n'est pas responsable de l'exactitude des titres qui ont été fournis par l'EOTA pour publication au Journal officiel de l'Union européenne.

La publication des références des Documents d'évaluation européens au Journal officiel de l'Union européenne n'implique pas que les Documents d'évaluation européens soient disponibles dans toutes les langues officielles de l'Union européenne.

L'Organisation européenne des agréments techniques (http://www.eota.eu) met en ligne le document d'évaluation européen, conformément aux dispositions du point 8 de l'annexe II du règlement (UE) n° 1095/2010. 305/2011.

Cette liste remplace toutes les listes précédentes publiées au Journal officiel de l'Union européenne. La Commission européenne veille à ce que cette liste soit tenue à jour.

PROCÉDURES RELATIVES À LA MISE EN UVRE DE LA POLITIQUE DE CONCURRENCE

Journal officiel de l'Union européenne

Notification préalable d'une concentration

(Dossier M.8774 - Ivanhoé Cambridge / QuadReal Property Group / JV)

Cas pouvant faire l'objet de la procédure simplifiée

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 10 janvier 2018, la Commission européenne a reçu, en application de l'article 4 du règlement (CE) n° règlement (CE) no 139/2004 du Conseil (1), une notification d'un projet de concentration.

La notification concerne les entreprises suivantes :

Groupe Immobilier QuadReal (Canada)

Logos India Logistics Venture Pte Ltd (« JV », Singapour).

Ivanhoé Cambridge et QuadReal Property Group acquièrent le contrôle conjoint de la coentreprise au sens de l'article 3 (1) (b) et de l'article 3 (4) du règlement sur les concentrations.

La concentration est réalisée par l'achat d'actions.

Les activités économiques des entreprises concernées sont:

- dans le cas d'Ivanhoé Cambridge : investisseur immobilier mondial et filiale du gestionnaire de fonds canadien Caisse de dépôt et placement du Québec

- dans le cas de QuadReal Property : investisseur immobilier mondial et filiale de British Columbia Investment Management Corporation

- dans le cas de JV : véhicule holding investissant dans le secteur immobilier indien.

À la suite d'un examen préliminaire, la Commission européenne constate que l'opération notifiée pourrait être couverte par le règlement sur les concentrations. Cependant, aucune décision définitive n'est prise à cet égard.

Conformément à la communication de la Commission relative à une procédure simplifiée pour l'analyse de certaines concentrations au titre du règlement (CE) n° 139/2004 du Conseil (2), il convient de préciser que ce cas peut être traité selon la procédure prévue dans la communication.

La Commission européenne invite les tiers intéressés à soumettre à la Commission leurs éventuelles observations sur l'opération proposée.

Les observations doivent parvenir à la Commission européenne au plus tard 10 jours après la date de cette publication. La référence suivante doit toujours être spécifiée :

M.8774 - Ivanhoé Cambridge / Groupe Immobilier QuadReal / JV

Les commentaires peuvent être envoyés à la Commission par e-mail, fax ou courrier. Veuillez utiliser les coordonnées ci-dessous :

Direction générale de la concurrence

(1) JO L 24 du 29.1.2004, p. 1 ("règlement sur les concentrations").

Journal officiel de l'Union européenne

Notification préalable d'une concentration

(Cas M.8540 - Kuehne + Nagel / Kuehne + Nagel Drinksflow Logistics)

Cas pouvant faire l'objet de la procédure simplifiée

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 8 janvier 2018, la Commission européenne a reçu, en application de l'article 4 du règlement (CE) no. règlement (CE) no 139/2004 du Conseil (1), une notification d'un projet de concentration.

Cette notification concerne les entreprises suivantes :

Kuehne + Nagel Limited ('K + N', Royaume-Uni)

Kuehne + Nagel Drinkflow Logistics Holdings Limited (« K + NDL », Royaume-Uni), une coentreprise contrôlée par K + N et Heineken UK Limited (« Heineken ») et qui est la société mère de Kuehne + Nagel Drinkflow Logistics Limited (« K + NDL AssetCo »).

K + N acquiert, au sens de l'article 3, paragraphe 1, point b), du règlement sur les concentrations, le contrôle exclusif de K + NDL.

La concentration est réalisée par l'achat d'actions.

Les activités économiques des entreprises concernées sont:

- pour K + N : la prestation de services de logistique contractuelle au Royaume-Uni. Les activités économiques exercées par K + N comprennent le stockage, l'entreposage et la distribution d'aliments, de boissons et de biens d'usage général.

- pour K + NDL : prestation de services de distribution de boissons au Royaume-Uni.

À la suite d'un examen préliminaire, la Commission européenne constate que l'opération notifiée pourrait être couverte par le règlement sur les concentrations. Cependant, aucune décision définitive n'est prise à cet égard.

Conformément à la communication de la Commission relative à une procédure simplifiée pour l'analyse de certaines concentrations au titre du règlement (CE) n° 139/2004 du Conseil (2), il convient de préciser que ce cas peut être traité selon la procédure prévue dans la communication.

La Commission européenne invite les tiers intéressés à soumettre à la Commission leurs éventuelles observations sur l'opération proposée.

Les observations doivent parvenir à la Commission européenne au plus tard 10 jours après la date de cette publication. La référence suivante doit toujours être mentionnée :

M.8540 - Kuehne + Nagel / Kuehne + Nagel Drinksflow Logistique

Les commentaires peuvent être envoyés à la Commission par e-mail, fax ou courrier. Veuillez utiliser les coordonnées ci-dessous :

Direction générale de la concurrence

(1) JO L 24 du 29.1.2004, p. 1 («règlement sur les concentrations»).

Journal officiel de l'Union européenne

Notification préalable d'une concentration

(Affaire M.8756 - Budget Group / Koç Holding / Olympic / Avis d'entreprises commerciales et touristiques)

Cas pouvant faire l'objet de la procédure simplifiée

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 10 janvier 2018, la Commission européenne a reçu, en application de l'article 4 du règlement (CE) n° règlement (CE) no 139/2004 du Conseil (1), une notification d'un projet de concentration.

Cette notification concerne les entreprises suivantes :

Avis sur Budget Group Inc. ("ABG", États-Unis)

Koç Holding AS (« Koç », Turquie) et

Olympic Commercial and Tourist Enterprises SA (OCTE, Grèce).

ABG et Koç acquièrent, au sens de l'article 3, paragraphe 1, point b), du règlement sur les concentrations, le contrôle en commun de l'ensemble de l'entreprise OCTE.

La concentration est réalisée par l'achat d'actions.

Les activités économiques des entreprises concernées sont:

- pour ABG : la prestation de services de location de voitures, notamment au travers de ses marques Avis et Budget. ABG exploite également, à travers sa marque Zipcar, un réseau d'utilisation alternative de la voiture par plusieurs personnes.

- pour Koç : une société holding d'investissement mondiale opérant dans un large éventail de secteurs, notamment les secteurs de l'énergie, des biens de consommation durables et de l'automobile, ainsi que le secteur financier

- pour l'OCTE : prestation de services de location de voitures en Grèce. OCTE opère sous le nom d'Avis Hellas et, depuis 2010, est le franchiseur ABG en Grèce pour les marques Avis et Budget.

À la suite d'un examen préliminaire, la Commission européenne constate que l'opération notifiée pourrait être couverte par le règlement sur les concentrations. Cependant, aucune décision définitive n'est prise à cet égard.

Conformément à la communication de la Commission relative à une procédure simplifiée pour l'analyse de certaines concentrations au titre du règlement (CE) n° 139/2004 du Conseil (2), il convient de préciser que ce cas peut être traité selon la procédure prévue dans la communication.

La Commission européenne invite les tiers intéressés à soumettre à la Commission leurs éventuelles observations sur l'opération proposée.

Les observations doivent parvenir à la Commission européenne au plus tard 10 jours après la date de cette publication. La référence suivante doit toujours être spécifiée :

M.8756 - Opinion Budget Group / KOÇ Holding / Entreprises Commerciales et Touristiques Olympiques

Les commentaires peuvent être envoyés à la Commission par e-mail, fax ou courrier. Veuillez utiliser les coordonnées ci-dessous :

Direction générale de la concurrence

(1) JO L 24 du 29.1.2004, p. 1 («règlement sur les concentrations»).

Journal officiel de l'Union européenne

Notification préalable d'une concentration

(Affaire M.8480 - Praxair / Linde)

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 12 janvier 2018, la Commission européenne a reçu, en application de l'article 4 du règlement (CE) no. règlement (CE) no 139/2004 du Conseil (1), une notification d'un projet de concentration.

La notification concerne les entreprises suivantes :

Praxair, Inc. ("Praxair", États-Unis d'Amérique)

Praxair et Linde fusionnent complètement au sens de l'article 3, paragraphe 1, point a), du règlement sur les concentrations.

La concentration est réalisée par l'acquisition d'actions dans une société nouvellement créée.

Les activités économiques des entreprises concernées sont:

- pour Praxair : fourniture de gaz industriels, de gaz médicaux, de gaz spéciaux et services associés, ainsi que de technologies de revêtement de surface

- pour Linde : fourniture de gaz industriels, de gaz médicaux, de gaz spéciaux et de services associés, y compris la construction industrielle.

À la suite d'un examen préliminaire, la Commission européenne constate que l'opération notifiée pourrait être couverte par le règlement sur les concentrations. Cependant, aucune décision définitive n'est prise à cet égard.

La Commission européenne invite les tiers intéressés à soumettre à la Commission leurs éventuelles observations sur l'opération proposée.

Les observations doivent parvenir à la Commission européenne au plus tard 10 jours après la date de cette publication. La référence suivante doit toujours être mentionnée :

Les commentaires peuvent être envoyés à la Commission par e-mail, fax ou courrier. Veuillez utiliser les coordonnées ci-dessous :

Direction générale de la concurrence

(1) JO L 24 du 29.1.2004, p. 1 («règlement sur les concentrations»).

Journal officiel de l'Union européenne

Notification préalable d'une concentration

Cas pouvant faire l'objet de la procédure simplifiée

(Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

Le 12 janvier 2018, la Commission européenne a reçu, en application de l'article 4 du règlement (CE) no. règlement (CE) no 139/2004 du Conseil (1), une notification d'un projet de concentration.

La notification concerne les entreprises suivantes :

PSA International Pte Ltd (Singapour),

Terminal Investment Limited SARL (Suisse), contrôlée conjointement par MSC Mediterranean Shipping Company Holding SA (Suisse), Global Infrastructure Management (États-Unis) et Global Infrastructure Partners (États-Unis),

PSA Panama International Terminal SA (Panama), contrôlée par PSA International Pte Ltd (Singapour).

PSA International Pte Ltd et Terminal Investment Limited SARL acquièrent le contrôle conjoint de PSA Panama International Terminal SA au sens de l'article 3, paragraphe 1, point b), et de l'article 3, paragraphe 4, du règlement sur les concentrations.

La concentration est réalisée par l'achat d'actions.

Les activités économiques des entreprises concernées sont:

- dans le cas de PSA International Pt. Ltd : services d'arrimage portuaire, en particulier la fourniture de services de terminaux pour les paquebots de conteneurs

- pour Terminal Investment Limited SARL : investissement, développement et gestion dans le secteur des terminaux à conteneurs

- pour PSA Panama International Terminal SA : exploitation d'un terminal à conteneurs à Rodman Port, Panama.

À la suite d'un examen préliminaire, la Commission européenne constate que l'opération notifiée pourrait être couverte par le règlement sur les concentrations. Cependant, aucune décision définitive n'est prise à cet égard.

Conformément à la communication de la Commission relative à une procédure simplifiée pour l'analyse de certaines concentrations au titre du règlement (CE) n° 139/2004 du Conseil (2), il convient de préciser que ce cas peut être traité selon la procédure prévue dans la communication.

La Commission européenne invite les tiers intéressés à soumettre à la Commission leurs éventuelles observations sur l'opération proposée.

Les observations doivent parvenir à la Commission européenne au plus tard 10 jours après la date de cette publication. La référence suivante doit toujours être mentionnée :

Les commentaires peuvent être envoyés à la Commission par e-mail, fax ou courrier. Veuillez utiliser les coordonnées ci-dessous :

Direction Générale de la Concurrence

Greffe de concentrations

(1) JO L 24 du 29.1.2004, p. 1 («règlement sur les concentrations»).

Journal officiel de l'Union européenne

Publication d'une demande d'approbation d'une modification mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, deuxième alinéa, du règlement (UE) n° 1095/2010. 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil sur les systèmes de qualité agricole et alimentaire

La Commission européenne a approuvé cette modification mineure conformément au troisième alinéa de l'article 6, paragraphe 2, du règlement délégué (UE) n° 1095/2010. Règlement (CE) no 664/2014 de la Commission (1)

DEMANDE D'APPROBATION D'UNE CHANGEMENT MINEURE

Demande d'approbation d'une modification mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, deuxième alinéa, du règlement (UE) n° 1095/2010. 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil (2)

"TOPOLOVEN MAGIE DE LA PRUNE"

Nr. UE : PGI-RO-02194 - 30.9.2016

1. Groupe de candidats et intérêt légitime

SC Sonimpex Topoloveni SRL

Aleea Barajul Cucuteni, non. 4

Bloc M5A, escalier 1, appartement 10

Tél./Fax +40 213402666 +40 213046066

Point de travail : Topoloveni, rue Maximilian Popovici, no. 56, comté d'Argeș, ROUMANIE.

SC Sonimpex Topoloveni SRL est le seul producteur de "Topoloveni plum magiun" et, à ce titre, a un intérêt légitime à présenter la demande.

2. État membre ou pays tiers

3. Rubrique dans la spécification sujette à changement(s)

Autre : Nom et adresse des autorités vérifiant l'application des dispositions du cahier des charges et leur mission précise

4. Type de changement(s)

Modification des spécifications d'une AOP ou d'une IGP enregistrée, qui doit être considérée comme mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, troisième alinéa, du règlement (UE) n° 1095/2010. 1151/2012 et qui ne nécessite pas la modification du document unique publié

Modification des spécifications d'une AOP ou d'une IGP enregistrée, qui doit être considérée comme mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, troisième alinéa, du règlement (UE) n° 1095/2010. 1151/2012 et qui nécessite la modification du document unique publié

Modification du cahier des charges d'une AOP ou d'une IGP enregistrée pour laquelle aucun document unique (ou équivalent) n'a été publié, une modification à considérer comme mineure conformément au troisième alinéa de l'article 53 (2) du Règlement (UE) no. 1151/2012

Modification de la spécification d'une STG enregistrée pour être considérée comme mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, quatrième alinéa, du règlement (UE) n° 182/2011. 1151/2012

Le produit "Topoloveni plum magiun (IGP)" est resté inchangé, ses caractéristiques étant totalement préservées.

Dans le Cahier des Charges, au chapitre 3 "Description de l'aliment" point 3.3 sous "Durée de conservation", la durée de conservation sera modifiée de 24 mois à 36 mois pour le produit conditionné en pots.

La vérification du comportement du produit dans le temps, effectuée par l'équipe de spécialistes de l'unité de production et confirmée par des tests effectués dans des laboratoires spécialisés ont montré que le produit « Topoloveni plum magiun (IGP) » conserve ses qualités organoleptiques et physico-chimiques (Test Rapport n° 2908 / 4.7.2016, n° 3066 / 14.7.2016, les résultats et interprétation de l'analyse sensorielle de Magiun de prune Topoloveni - indication géographique protégée n° 945 / 14.7.2016 - délivré par le laboratoire IBA de Bucarest).

La méthode de production n'a pas été modifiée. Cependant, certaines corrections ou mises à jour de certains termes et valeurs des termes de référence et du document unique d'origine sont nécessaires.

1. Erreur de rédaction : au lieu de "50-52 degrés Brix", la valeur correcte est "55 degrés Brix".

Lors de la rédaction de la spécification initiale (au chapitre 6 : « Description de la méthode d'obtention de la nourriture », dans « Concentration : » il y a eu une erreur de rédaction - au lieu de « 50-52 degrés Brix », la valeur correcte est « 55 grade Brix ». La même erreur a été reprise dans le document unique d'origine (au chapitre 3.5 : « Etapes spécifiques de production à effectuer dans la zone géographique définie : » au paragraphe « Concentration : »).

Le groupe demandeur considère qu'il est nécessaire de corriger l'erreur de frappe, car dans le cahier des charges la valeur correcte de "55 degrés Brix" est mentionnée au chapitre 3 : "Description de l'aliment" point 3.2 sous "Caractéristiques physico-chimiques" dans le paramètre " Matière sèche". Il y a eu une erreur de rédaction dans les termes de référence et le document unique mentionnés ci-dessus.

2. « secoueurs d'ancre en bois » est remplacé par « secoueurs d'ancre ».

L'unité de production, afin de contrôler rigoureusement la qualité du produit, a investi dans la modernisation des équipements, notamment l'achat de nouvelles chaudières à double paroi, dans lesquelles se concentre la marque aux prunes. Le nouvel équipement est équipé de secoueurs d'ancre en acier inoxydable. La modification du matériau à partir duquel les agitateurs sont fabriqués n'influence pas les propriétés organoleptiques du produit fini. Les mots « en bois » sont supprimés dans la mention « secoueurs d'ancres en bois » dans le cahier des charges (chapitre 6 : « Description du mode d'obtention de la denrée alimentaire », dans « Concentration : », deuxième paragraphe), et dans le document unique ( au chapitre 3.5 : Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans l'aire géographique délimitée, chapitre 5 : Lien avec l'aire géographique aux points 5.2 et 5.3 (6)).

La modification est conforme aux exigences du règlement (CE) n° Règlement (CE) no 852/2004 du Parlement européen et du Conseil (3) (chapitre 5 - Exigences relatives aux équipements, article 1er, point b)).

3. Suppression de la phrase : "ne pas abuser des engrais chimiques" dans le Cahier des Charges et le Document Unique.

Nous proposons de supprimer la phrase "ne pas abuser des engrais chimiques" dans le Document Unique au point 3.3 et dans le Cahier des Charges (page 4 : Description de l'aliment) car elle n'affecte pas de manière significative le produit fini et ne modifie pas substantiellement la physico-chimie caractéristiques du produit.

Nous justifions l'élimination de l'expression « les engrais chimiques ne sont pas utilisés de manière excessive » parce que nous voulions produire Topoloveni plum magiun - IGP dans un système écologique, mais les exigences du marché roumain ne coïncidaient pas avec notre souhait et il a été décidé d'abandonner ce produit.

1. Nom et adresse des autorités vérifiant l'application des dispositions du Cahier des Charges

Dans le Cahier des Charges, au Chapitre 9 : « Nom et adresse des autorités et organismes vérifiant l'application des dispositions du cahier des charges et leur mission précise » Le groupement demandeur demande (Chapitre 9) le remplacement du nom et des données d'identification de la certification corps, respectivement "CERTIND SA" au lieu de "LAREX CERT". La même modification s'applique au Document Unique, point 3.7 : "Règles spécifiques d'étiquetage", dernier paragraphe.

L'organisme d'inspection et de certification CERTIND SA est accrédité selon la norme SR EN ISO / CEI 17065: 2013 pour les schémas de certification AOP / IGP, sur les exigences du Règlement (UE) no. 1151/2012.

6. Spécification mise à jour (PDO et PGI uniquement)

Uniquement dans les cas visés à l'article 6, paragraphe 2, cinquième alinéa, du règlement délégué (UE) n° 1095/2010. 664/2014 : a) dans le cas de demandes soumises par des États membres, insérer la référence à la publication du cahier des charges mis à jour ; (b) dans le cas de demandes soumises par des pays tiers, insérer le cahier des charges mis à jour.

Le lien où il sera publié sur le site www.madr.ro Spécifications Edition 1, révision 1 (décembre 2015):

"TOPOLOVEN MAGIE DE LA PRUNE"

Nr. UE : PGI-RO-02194 - 30.9.2016

"Magicien de la prune Topoloveni"

2. État membre ou pays tiers

3. Description du produit agricole ou alimentaire

Classe 1.6. Fruits, légumes et céréales, frais ou transformés

3.2. Description du produit auquel s'applique le nom en (1)

Topoloveni plum magiun est une pâte fine, homogène dans toute la masse du produit, sans agglomération ni trace de peau, brillante en surface grâce à la méthode de fabrication locale. Topoloveni plum magiun est fabriqué à partir de prunes de qualité, soigneusement sélectionnées à pleine maturité pour mûrir. La peau des prunes est intégrée au produit final, ce qui augmente sa qualité nutritionnelle, sachant que la peau contient la plupart des substances biologiquement actives, phytonutriments (antioxydants, vitamines, fibres alimentaires solubles et insolubles, etc.).

La couleur de la prune prune est brun foncé en raison de la maturation des prunes, influencée par le long temps de cuisson dans la phase de concentration.

La prune magiun a un goût aigre-doux, agréable à partir de prunes bien mûres avec un arôme fort et agréable, sans goût ni odeur étrangère de brûlé, fermenté ou de moisissure.

3.3. Aliments pour animaux (uniquement pour les produits d'origine animale) et matières premières (uniquement pour les produits transformés)

Dans la fabrication de Topoloveni plum magiun, des prunes mûres issues de la culture de prunes brumarii (Prunus domestica L. ssp.domestica) et leurs dérivés : Stanley, Piteștean, Tuleu timpuriu, Tuleu gras, Grasa ameliorată, Grasa Românească, Bistrițeană, Vânătă Românească, Brumării, Vâlcean, Centenar, Pescăruș, Dânăt de Carthagène,

Les fruits de ces variétés ont les qualités nécessaires pour obtenir du magiun en raison de la teneur élevée en glucides (sucre naturel) et en vitamine C obtenue par la pleine maturité des prunes mûrissant sur une longue période de temps, à une température modérée (douce).

Seuls des fruits bien mûrs et soigneusement sélectionnés sont utilisés dans le processus de production de la prune Topoloveni magiun. Les fruits doivent être sains, exempts de signes de pourriture, de dommages mécaniques ou de dommages visibles causés par des insectes, des acariens ou d'autres parasites.

3.4. Étapes spécifiques de la production qui doivent avoir lieu dans la zone géographique identifiée

3.5. Règles spécifiques concernant le tranchage, le grattage, l'emballage, etc. du produit auquel se rapporte la dénomination enregistrée

L'unité où s'effectue la transformation de la prune en vue d'obtenir le magiun de la prune Topoloveni doit être située dans l'aire géographique indiquée au point 4.

Réception : les prunes sont réceptionnées à la section de transformation, stockées dans des espaces spécialement aménagés à cet effet, frais, propres, exempts d'odeurs étrangères.

Lavage : il se fait mécaniquement dans des machines à laver, avec des douches de rinçage, à l'aide d'eau potable froide. Le lavage est effectué sous surveillance permanente afin que du sable ou d'autres impuretés ne pénètrent pas dans le produit fini.

Tri : les prunes lavées sont acheminées vers le tapis de levage pour identifier et éliminer les prunes inadaptées.

Traitement thermique : consiste en l'échaudage dans des installations spéciales en acier inoxydable, à l'aide de vapeur technologique, à une température de 80 ° C et une pression de 1,5 atm., Pendant 4-5 minutes.

L'observation des oiseaux s'effectue en deux étapes : la première étape se déroule dans la passoire (site) avec des mailles de max. 3 mm, et la deuxième étape de la volaille a lieu dans la raffinerie (site) avec des mailles de 1,8-2 mm, afin que la marque de prune soit aussi nette et homogène que possible.

Concentration: la marque de prune est concentrée par ébullition dans des chaudières ouvertes à double paroi, jusqu'à une concentration d'au moins 55% de matière sèche, obtenant le magiun de prune Topoloveni. La concentration consiste à retirer l'eau de la prune à une température contrôlée. La concentration s'effectue à l'aide de vapeur technologique circulant à travers les doubles parois des chaudières jusqu'à ce que le produit ait atteint la concentration de 55 degrés Brix, pendant 9 à 12 heures, en fonction de la teneur en matière sèche de la matière première.

Les chaudières à double paroi sont équipées d'agitateurs à ancre, qui assurent l'homogénéisation permanente (continue) de la prune pour éviter le collage et la caramélisation. La concentration est vérifiée par du personnel qualifié à l'aide d'un réfractomètre portable pour déterminer la qualité du produit fini. Il n'est pas recommandé de prolonger le temps de cuisson après avoir atteint la concentration de 60 degrés Brix, car le magiun de prune Topoloveni peut acquérir l'odeur et le goût de brûlé, et la diminution du temps de cuisson peut conduire à la fermentation du produit fini.

Dosage - refroidissement : Le lot Magiun de prune Topoloveni est réparti uniformément en trois fûts d'une capacité de 200 l, garnis de sacs en PVC (feuille alimentaire), manuellement, à l'aide de copeaux de bois (grandes cuillères), en couches minces, pour accélérer la processus de refroidissement à température ambiante pour le stockage dans des espaces spécialement conçus.

Le remplissage des fûts doublés de papier d'aluminium se fait par étapes, pendant 5 à 7 jours pendant le processus de refroidissement complet du magiun de prune Topoloveni, en fonction de la température ambiante. Le contrôle du refroidissement se fait de manière organoleptique, à l'aide d'une pelle ou d'une cuillère en bois (cuillère).

Il est interdit d'ajouter des conservateurs ou des édulcorants, quelle que soit la qualité de la matière première utilisée.

3.6. Règles spécifiques concernant l'étiquetage du produit auquel se rapporte la dénomination enregistrée

L'emballage et le stockage se font dans la zone délimitée, respectivement dans la ville de Tolopoveni, afin de conserver inchangées les qualités de la prune Topoloveni magiun. Le processus de maturation et de séchage de la prune Topoloveni magiun doit être strictement suivi.

En raison de l'action d'agents physico-chimiques et biologiques qui agissent sous l'influence de l'air et de la chaleur à l'extérieur des fûts, la couleur, l'odeur et le goût de la magie peuvent être altérés si le procédé de conditionnement n'est pas approprié.

La surveillance du produit est obligatoire tout au long du conditionnement et du refroidissement pour éviter l'apparition de condensation, c'est-à-dire la présence d'eau en quantités micrométriques, qui faciliterait le développement de micro-organismes - bactéries, levures et moisissures.

Le conditionnement de la magiun aux prunes Topoloveni est réalisé en vrac et en bocaux.

Le conditionnement en vrac se fait dans des fûts dans lesquels une feuille alimentaire (sac PVC) est insérée. Les barils avec magiun sont refroidis, les bords des sacs en PVC (feuille alimentaire) sont nettoyés, pliés, un autre disque en PVC (feuille alimentaire) est ajouté, après quoi ils sont bien fermés avec les couvercles des barils.

L'emballage en vrac est nécessaire car seules des prunes fraîches sont utilisées comme matière première, qui sont achetées dans un court laps de temps, jusqu'à 60 jours par an (15 août-15 octobre maximum). Les emballages en vrac ne sont pas soumis au processus de pasteurisation.

Pour le conditionnement en bocaux en verre, le lot de Topoloveni prune Magiun est automatiquement dosé (sur une ligne de conditionnement) dans ceux-ci, agrafé puis dirigé vers la pasteurisation comme suit :

pour les pots de 350 g on observe la formule suivante : monter la température à 100°C en 15 min., la maintenir 25 min. et retour en 15 min.

pour des pots de 800 g on observe la formule suivante : monter la température à 105°C en 15 min., la maintenir 45 min. et retour en 15 min.

Les pots avec la magie de la prune Tolopoveni sont sortis de l'autoclave, placés dans des conteneurs et stockés dans l'espace spécialement aménagé, respectivement des entrepôts propres et frais (max. 20 ° C), bien ventilés, protégés du gel, sans odeurs étrangères.

L'échaudage des prunes, la concentration de la marque de prune et la dernière phase du processus d'obtention du magiun de prune Topoloveni, respectivement le conditionnement en vrac (tonneaux), présupposent de longues périodes de temps caractéristiques du magiun de prune Topoloveni.

Chaque emballage porte l'étiquette du fabricant. Il doit contenir le nom « Magicien de la prune Topoloveni ». Après l'enregistrement communautaire, la mention "indication géographique protégée" ou l'abréviation IGP doit figurer sur l'étiquette de l'emballage, à côté du nom du produit : "Topoloveni plum magiun".

La marque de certification du produit « CERTIND SA » de l'organisme de contrôle et de certification doit être apposée sur le côté droit de l'étiquette.

4. Délimitation concise de la zone géographique

5. Le lien avec l'aire géographique

Spécificité de la zone géographique :

Le verger de Topoloveni est favorable à la culture de la prune en raison du climat continental tempéré et des conditions pédoclimatiques de la région, en particulier les pentes avec des températures annuelles moyennes plus élevées que dans le reste des vergers. La zone est caractérisée par des sols podzoliques, des sols podzoliques brun rougeâtre.

Le type de sol prédominant est celui des sols bruns, allant des luvisols aux sols bruns érodés, colluviaux et alluviaux, à teneur moyenne ou faible en humus.

La région bénéficie de conditions climatiques favorables à la croissance des arbres, la température pluriannuelle moyenne est de 9,7 ° C, la température maximale absolue est de 38,8 ° C et le minimum absolu est de -24,4 ° C, la quantité de précipitations annuelles est de 663,3 mm.

Les premières gelées d'automne apparaissent fin octobre et les dernières sont enregistrées dans la deuxième décade d'avril et tout à fait accidentellement plus tard.

La part des différentes variétés diffère selon les conditions climatiques de chaque année.

Les prunes sont cultivées sur environ 25 % de la superficie totale des terres destinées à la culture fruitière, les vergers de pruniers occupant environ 17 000 ha à Argeș.

L'habileté des habitants à sélectionner les prunes et à suivre le processus d'ébullition et de maturation, respectivement la vérification organoleptique du produit a contribué à la préservation et au développement de la méthode d'obtention du magiun dans l'aire géographique.

Topoloveni plum magiun est un produit homogène, obtenu à partir de prunes récoltées à pleine maturité, soigneusement sélectionnées puis cuites dans des chaudières spéciales (à double paroi) sans feu direct, par mélange continu avec des agitateurs à ancre. En raison du fait que l'eau est éliminée, Magiunul de plum Topoloveni est riche en fibres alimentaires solubles et insolubles (34,2%), ne contient pas de sucres ajoutés ni aucun autre type d'édulcorant et a l'arôme, le goût et la saveur des prunes.

Lien de causalité entre l'aire géographique et la qualité ou les caractéristiques du produit (pour l'AOP) ou une qualité spécifique, la notoriété ou d'autres caractéristiques du produit (pour l'IGP) :

Le lien du magiun de la prune Topoloveni avec la région de production repose principalement sur la réputation basée sur une longue tradition de production spécifique et sur les caractéristiques de qualité sanogène exceptionnelles qui sont dues à l'habileté des habitants à utiliser la méthode locale.

La méthode de production développée localement consiste à transformer certaines variétés de prunes, en les faisant bouillir dans des chaudières à double paroi, ouvertes, avec agitation permanente de la marque jusqu'à l'obtention du magiun, pendant longtemps, sans ajout de sucre ou autres conservateurs.

Les compétences et l'expérience des habitants sont différentes des méthodes utilisées dans d'autres parties de la Roumanie et dans les régions voisines, car le processus d'ébullition et de concentration se fait dans des chaudières ouvertes en double, et non dans le vide.

Au fil du temps, la méthode locale de préparation du magiun s'est transmise de génération en génération, maintenant sa réputation à la fois dans l'aire géographique délimitée et dans tout le pays.

Magiun, mentionné dans les documents ethnographiques, était un produit important pour la grande majorité des habitants de la région de Topoloveni, étant l'une des sources de revenus de la région. La foire de Topolovenilor, le principal marché commercial de la zone, a acquis une réputation dans toute la région des Basses-Carpates du Sud en raison de la vente de produits à base de prunes, en particulier magiun.

Le processus d'élimination de l'eau des prunes par ébullition, concentration des prunes à température contrôlée et homogénéisation par des agitateurs à ancre avec un fonctionnement permanent garantit l'obtention de la qualité et des caractéristiques spécifiques de Topoloveni plum magiun. Ces phases technologiques (stades) ne se retrouvent pas dans d'autres régions.

La réputation du mage aux prunes de Topoloveni est liée à une longue tradition de production de mage à Topoloveni. Selon les archives locales, la tradition de fabriquer des mages dans cette région remonte à 1914, lorsque la première usine de mages d'une famille locale (famille Maximilian Popovici) a été créée.

En 1941, l'usine est reprise par le Ministère de l'Agriculture sous le nom de Coopérative Topoloveni, afin d'augmenter la capacité de production de la prune magiun. En 1972, le nom de l'usine a été changé en Entreprise Pitești Légumes et Fruits. Puis, en 1981, l'usine a été reprise par l'administration locale sous le nom de Topoloveni, Entreprise de transformation et d'industrialisation des fruits et légumes. Depuis 2001, l'usine a été rachetée par S.C. Sonimpex Serv Com SRL. La production de Topoloveni plum magiun est actuellement d'environ 200 tonnes par an.

La réputation du magicien de la prune Topoloveni est prouvée par des articles de presse et des publications (ouvrages spécialisés) fréquemment publiés dans la presse locale et nationale (Jurnalul Național, Adevărul, the Money Channel, Gândul, Capital) et par les récompenses reçues depuis 2002 en participant à expositions, respectivement le Salon national de la conserverie, organisé par l'Union générale des industriels roumains (Golden Brand Excellence Award - Magiun). Le magicien de la prune Topoloveni a été récompensé en 2010 par l'ITQI (International Taste and Quality Institute).

Au cours de la période 2008-2010, des émissions ont été réalisées dans les médias locaux et nationaux avec des thèmes distincts pour promouvoir les qualités spécifiques du mage de la prune Topoloveni. L'authenticité de la magie de la prune Topoloveni se poursuit en préservant la méthode de promotion en vendant dans des foires similaires à la foire Topoloveni.

La spécificité alimentaire spécifique à la consommation traditionnelle de magiun a été accentuée par la présentation (dégustation) du produit lors de foires et expositions nationales et internationales (Green Week - Berlin, Fruit Logistica - Berlin, Alimentaria - Barcelone).

Référence à la publication du Cahier des Charges

(article 6 paragraphe 1 deuxième alinéa du présent règlement)

Journal officiel de l'Union européenne

Publication d'une demande de modification conformément à l'article 50, paragraphe 2, point b), du règlement (UE) n° 1095/2010. 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil sur les systèmes de qualité agricole et alimentaire

Cette publication confère le droit de s'opposer à la demande de modification conformément à l'article 51 du règlement (UE) n° 182/2011. 1151/2012 du Parlement européen et du Conseil (1).

DEMANDE D'APPROBATION D'UNE MODIFICATION NON MINEURE DU CAHIER DES CHARGES D'UNE SPECIALITE TRADITIONNELLE GARANTIE

Demande d'approbation d'une modification conformément à l'article 53, paragraphe 2, premier alinéa, du règlement (UE) n° 182/2011 1151/2012

« BRATISLAVSKÝ ROŽOK » / « PRESSBURGER KIPFEL » / « POZSONYI KIFLI »

Nr. UE : TSG-SK-02120 - 15.2.2016

1. Groupe de candidats et intérêt légitime

Cech pekárov a cukrárov Regiónu západného Slovenska

Le groupe qui demande la modification est le même groupe qui a demandé l'enregistrement de « Bratislavský rožok » / « Pressburger Kipfel » / « Pozsonyi kifli ».

2. État membre ou pays tiers

3. Rubrique dans la spécification sujette à changement(s)

Modification des coordonnées du groupe demandeur

Changement concernant la réservation du nom

Modification des coordonnées de l'organisme attestant le respect du cahier des charges

Modification des exigences minimales et des procédures de vérification de la spécificité

4. Type de changement(s)

Modification des spécifications d'une STG enregistrée qui n'est pas considérée comme mineure conformément à l'article 53, paragraphe 2, quatrième alinéa, du règlement (UE) n° 182/2011. 1151/2012

1. Modification des coordonnées du groupe demandeur

L'adresse e-mail du groupe demandeur peut être modifiée de [email protected] à [email protected]

Nous supprimons le nom allemand « Pressburger Kipfel » du nom de produit enregistré « Bratislavský rožok » / « Pressburger Kipfel » / « Pozsonyi kifli », car ce n’est pas le nom utilisé en Autriche ou en Allemagne pour ce type de produit. Le nom le plus couramment utilisé en Autriche et en Allemagne est « Pressburger Beugel ».

Le nouveau nom du produit à enregistrer est «Bratislavský rožok» / «Pozsonyi kifli».

Nous avons modifié toute la spécification pour refléter ce changement de nom.

Sélectionnez l'option "Enregistrement avec réservation du nom" au lieu de l'option "Enregistrement sans réservation du nom". La raison de ce changement est l'article 25, paragraphe 2, du règlement (UE) n° 182/2011. 1151/2012.

La Slovaquie et la Hongrie sont toutes deux intéressées par le maintien de l'enregistrement du nom de produit « Bratislavský rožok » / « Pozsonyi kifli » dans le registre des noms protégés.

Dans la description du produit, nous modifions le poids du produit de 40-60 g, comme spécifié initialement, à 40-70 g.Ce changement repose sur un accord mutuel avec la Hongrie, où les boulangers fabriquent également ce produit pesant 70 g.

Nous proposons de supprimer les détails suivants de la description du produit :

« Propriétés chimiques du produit fini :

teneur en matière grasse dans la matière sèche - minimum 20%

teneur en sucre dans la matière sèche - au moins 12%. "

Ce changement est motivé par la spécification de la teneur en matière grasse au point 3.6 et par le fait que le pourcentage de sucre dans la matière sèche n'est pas requis comme indicateur.

Nous proposons que les tableaux présentant la recette pour 1 000 produits pesant 50-55 g soient supprimés de la description du mode de production du produit agricole ou de la denrée alimentaire et que la recette soit remplacée par la suivante :

« Les principales matières premières utilisées pour obtenir la pâte sont : la farine de blé, la matière grasse (margarine de table, margarine de pâte feuilletée, beurre, saindoux, etc.), le sucre, le sel, la levure (0,5-1% de la quantité de farine), les œufs , du lait en poudre, de la vanille ou du sucre vanillé, du zeste de citron ou du zeste de citron séché et de l'eau, du sucre à la cannelle peuvent également être utilisés. Le rapport matière grasse/farine de la pâte doit être d'au moins 30%.

La garniture aux noix est généralement obtenue en ajoutant du sucre cristallisé (ou du miel), de la chapelure sucrée, de la vanille ou du sucre vanillé et du sucre à la cannelle au noyau de noix moulu et en mélangeant ces ingrédients avec de l'eau chaude ou du lait.

La garniture au pavot est généralement obtenue en ajoutant du sucre cristallisé (ou du miel), de la chapelure sucrée et de la vanille ou du sucre vanillé à des graines de pavot moulues et en mélangeant ces ingrédients avec de l'eau chaude ou du lait.

Pour améliorer sa saveur, de la confiture (prune ou abricot) ou des raisins secs peuvent être ajoutés à la garniture. »

La raison de ce changement est que différents producteurs en Slovaquie et en Hongrie utilisent des proportions différentes de chaque matière première et que la recette n'est pas spécifique au produit. Le produit fini est propre à chaque boulanger et pâtissier. Il n'est pas nécessaire de spécifier les quantités pour chaque ingrédient, car les paramètres minimaux du produit fini sont vérifiés. Nous proposons donc de remplacer la recette par le texte suivant, qui répertorie les matières premières utilisées et permet aux producteurs (y compris hors de Slovaquie) d'utiliser des matières premières disponibles et couramment utilisées, attendues par les consommateurs de la région et qui suivent des recettes traditionnelles , qui sont légèrement différentes d'une région à l'autre.

Dans la description du produit, où il est fait référence au « sucre vanillé », ce terme est remplacé par « le sucre vanillé ou le sucre vanillé ».

Ce changement est dû au fait que le sucre vanillé est désormais utilisé plus souvent que le sucre vanillé. Cette modification n'affecte pas le produit fini et a été effectuée dans l'ensemble du cahier des charges.

Dans le texte slovaque, au point concernant la méthode de production, nous remplaçons le mot « žemle » par le mot « klonky », ce dernier étant le terme technique.

Nous proposons que, dans la description du produit, la phrase "diamètre décroissant" soit remplacée par la phrase "mince".

Le but de cet amendement est d'accroître la clarté en utilisant le terme technique.

Dans le deuxième paragraphe sur le mode de production, nous proposons d'insérer à la fin de la phrase « La garniture aux graines de pavot est préparée avec de l'eau chaude ». Le but de ce changement est de préciser la quantité de liquide utilisée dans la recette et de maintenir la qualité.

Nous remplaçons la phrase « Un maximum de 10 % en poids de cerneaux de noix moulus ou de graines de pavot peut être remplacé par de la chapelure sucrée » par la phrase suivante : « Jusqu'à 10 % en poids de cerneaux de noix moulus ou de graines de pavot dans la garniture peuvent être remplacés par chapelure sucrée. » Cet amendement a pour but d'assurer la qualité et de préciser la quantité de chapelure à utiliser.

La température et le temps de cuisson doivent être adaptés pour tenir compte de l'évolution de la taille du produit introduit au point 3.5 et des différents types de fours.

Il est proposé que la température soit modifiée à 170-220°C et que le temps de cuisson soit de 15-20 minutes pour les produits pesant 50-70 g.

Cette évolution est destinée à couvrir les températures de cuisson des différents types de fours et à tenir compte de l'augmentation du poids maximal du produit de 60 g à 70 g.

Concernant l'étiquetage, nous proposons d'ajouter la phrase suivante : « La taille du logo doit être d'au moins 15 mm. », car il s'agit d'une exigence réglementaire ignorée par les fabricants.

Concernant le mode de commercialisation et le lieu de commercialisation, nous ajoutons la phrase suivante : « Dans le cas des produits non préemballés, le logo TSG peut figurer sur l'étiquette de prix à proximité du nom du produit ou sur une plaque signalétique à proximité du des produits."

Ce changement vise à clarifier lorsque les produits sont vendus en vrac.

Nous modifions la formulation utilisée pour le stockage en supprimant les mots « Stocker à +10 °C » et en les remplaçant par le suivant : « Stockage : à température ambiante. Selon la quantité de levure utilisée, le produit dure 3 à 10 jours. »

La raison de ce changement est que l'exigence existante n'était pas justifiée, la qualité des produits vendus diminuait, elle était souvent ignorée et causait des problèmes aux producteurs en raison de la teneur élevée en matières grasses du produit. L'exigence de température de stockage n'était énoncée dans le cahier des charges d'origine que parce que ces produits étaient classés comme pâtisseries.

5. Caractère spécifique du produit agricole ou de la denrée alimentaire

Au cinquième tiret, nous ajoutons ce qui suit : "Il ne doit pas être fabriqué comme un produit semi-fini, précuit et surgelé qui est ensuite décongelé et cuit pour devenir un produit fini, mais doit toujours être fraîchement cuit."

La raison en est que le produit doit être frais et fabriqué selon une recette traditionnelle n'ayant jamais été congelé ou précuit dans le passé.

Au sixième tiret, nous modifions la formulation pour le graissage des œufs avant cuisson, les mots « généralement deux fois » étant supprimés.

L'amendement vise à donner aux producteurs la liberté de décider du type de persillage qu'ils souhaitent - il n'est pas nécessaire d'imposer des exigences à cet égard. Ce changement n'affecte pas le produit fini.

6. Exigences et procédures minimales pour la vérification de la spécificité

Dans la première phrase, nous ajoutons ce qui suit : « doit avoir un rapport matière grasse/farine d'au moins 30 %.

La raison de ce changement est la cohérence avec les points 3.6 et 3.7 du cahier des charges.

Nous supprimons la référence aux « exigences chimiques et microbiologiques », ne laissant que les exigences physiques.

Cet amendement est introduit parce que la législation ne contient pas d'exigences microbiologiques, car elles ne sont plus définies, leur présence n'est plus justifiée dans le cadre des contrôles précommercialisation, et les exigences chimiques n'étaient pas non plus définies dans les spécifications d'origine. C'est une question de clarté terminologique.

7. Autorités ou organismes vérifiant le respect du cahier des charges

L'adresse e-mail de l'organisme vérifiant le respect des spécifications du produit devient "[email protected]".

Ce changement reflète le changement d'adresses e-mail au sein de l'organisation.

CARACTÉRISTIQUES D'UNE SPÉCIALITÉ TRADITIONNELLE GARANTIE

"BRATISLAVSKÝ ROŽOK" / "POZSONYI KIFLI"

Nr. UE : TSG-SK-02120 - 15.2.2016

1. Nom(s) proposé(s) pour l'enregistrement

« Bratislavský rožok » / « Pozsonyi kifli »

Classe 2.24. Pain, pâtisserie, gâteaux, confiseries, biscuits et autres produits de boulangerie

3. Motifs d'inscription

résulte d'un mode de production ou de transformation ou d'une composition qui correspond aux usages traditionnels du produit ou de la denrée alimentaire en cause

il est produit à partir de matières premières ou d'ingrédients qui sont ceux traditionnellement utilisés.

Le nom slovaque « Bratislavský rožok » a commencé à être utilisé vers 1920, après que la ville de Presbourg, qui faisait alors partie de la Tchécoslovaquie et capitale de la Slovaquie, a été renommée Bratislava. Depuis cette année, le nom de la pâtisserie a été adapté pour refléter le nouveau nom de la ville, devenant « Bratislavský rožok ». Après l'adoption du nouveau nom de la ville, le mot Kipfel a commencé à être utilisé en Autriche, au lieu de l'habituel Beugel, combiné avec l'ancien nom de la ville. Le nom utilisé à l'origine en hongrois était « Pozsonyi patkó », qui pourrait être traduit par « fer à cheval de Bratislava ». Selon les dernières informations dont nous disposons auprès de plusieurs boulangers ou pâtissiers en Hongrie, notamment à Budapest, ce produit est fabriqué et commercialisé sous le nom « Pozsonyi kifli », dont la traduction slovaque est « Bratislavský rožok », Pozsony étant le nom d'origine de la ville, utilisé jusqu'en 1918. Compte tenu des coutumes communes, nous proposons de conserver le nom « Pozsonyi kifli ».

a traditionnellement été utilisé pour désigner le produit spécifique

montre le caractère traditionnel ou le caractère spécifique du produit.

Le produit est spécifique en termes de composition et de mode de fabrication établi dans le temps. Le terme «Bratislavský rožok» est utilisé pour désigner uniquement ce type particulier de produit de boulangerie ou de pâtisserie fine.

Le caractère spécifique du produit est déterminé par sa surface particulière, qui est marbrée, c'est-à-dire qu'il présente des vignes d'une couleur plus claire que le reste de la croûte. Les surfaces des autres produits de boulangerie et de confiserie ne sont pas finies de cette manière :

le produit diffère des types similaires de produits de boulangerie ou de pâtisserie fine sur le marché en raison à la fois de sa forme et de son poids et de la quantité de garniture. Plus de graisse est ajoutée à la pâte que dans d'autres produits et aucun autre type de pâte fine n'a une surface marbrée

le produit a un arôme et un goût particuliers, en raison de la garniture utilisée, avec des graines de pavot ou des noix

le produit a un aspect distinctif et une forme de fer à cheval ou de lettre C.

Afin de préserver le caractère traditionnel du produit, sa préparation doit respecter les exigences de recette suivantes :

le rapport matière grasse/farine de la pâte doit être d'au moins 30%

la garniture doit représenter au moins 40 % du poids total du produit cuit

le produit doit être graissé avec de l'œuf ou du jaune d'œuf avant la cuisson, afin que le produit cuit ait une surface marbrée.

4.1. Description du produit auquel s'applique la dénomination au point (1), y compris les principales caractéristiques physiques, chimiques, microbiologiques ou organoleptiques du produit, qui démontrent son caractère spécifique (article 7, paragraphe 2, du présent règlement)

Produit de boulangerie ou de pâtisserie fine, avec une garniture de pavot ou de noix et une surface brillante et marbrée.

Couleur : croûte brune à brun foncé à la coupe, après quelques millimètres d'enrobage solide, il n'y a que le fourrage - celui au coquelicot est gris foncé à noir, celui au noyer est brun.

Aspect : sur le dessus, la croûte a une surface uniforme et brillante de couleur brune à brun foncé, avec des vignes délicates de couleur plus claire, qui donnent un aspect marbré.

Texture : enrobage ferme mais délicat, qui casse à la casse.

Odeur et goût : délicat, typique de la garniture utilisée (arôme typique de noix ou de pavot), goût doux et agréable, marqué par l'arôme des ingrédients utilisés.

Forme : en fer à cheval, aminci vers les extrémités, dans le cas de la garniture aux graines de pavot, et la lettre C dans le cas de la garniture aux noix.

Poids : généralement 40-70 g.

4.2. Description de la méthode de fabrication du produit auquel s'applique la dénomination du point 1, la méthode à suivre par les producteurs, y compris, le cas échéant, la nature et les caractéristiques des matières premières ou des ingrédients utilisés et la méthode de préparation du produit (Article 7, paragraphe 2 du présent règlement]

Les principales matières premières utilisées pour la fabrication de la pâte sont : la farine de blé, les matières grasses (margarine de table, margarine de pâte feuilletée, beurre, saindoux, etc.), le sucre, le sel, la levure (0,5-1% de la quantité de farine), les œufs, du lait en poudre, de la vanille ou du sucre vanillé, du zeste de citron ou du zeste de citron séché et de l'eau, du sucre à la cannelle peuvent également être utilisés. Le rapport matière grasse/farine de la pâte doit être d'au moins 30% et la garniture doit être d'au moins 40% du poids du produit fini.

La garniture aux noix est généralement obtenue en ajoutant du sucre cristallisé (ou du miel), de la chapelure sucrée, de la vanille ou du sucre vanillé et du sucre à la cannelle au noyau de noix moulu et en mélangeant ces ingrédients avec de l'eau chaude ou du lait.

La garniture au pavot est généralement obtenue en ajoutant du sucre cristallisé (ou du miel), de la chapelure sucrée et de la vanille ou du sucre vanillé à des graines de pavot moulues et en mélangeant ces ingrédients avec de l'eau chaude ou du lait.

Pour améliorer sa saveur, de la confiture (prune ou abricot) ou des raisins secs peuvent être ajoutés à la garniture.

La pâte est préparée en mélangeant la farine avec de l'eau ou de l'eau additionnée de lait en poudre, ainsi qu'avec de la levure, du sel, du sucre et de la graisse alimentaire. La matière grasse peut être mélangée à la farine au début, les autres matières premières étant ajoutées plus tard. La pâte mélangée est laissée à lever pendant environ 30-40 minutes. Après que le volume de la pâte augmente visiblement, la pâte est à nouveau pétrie un peu, après quoi elle sera séparée en morceaux qui auront une forme sphérique. Après avoir été laissées à lever pendant 15-20 minutes, ces boules de pâte sont étirées en bandes elliptiques d'un diamètre maximum de 12-15 cm. L'épaisseur des bandes de pâte doit être de 2-3 mm. Sur les bandes de pâte à tartiner sont placées des portions de remplissage cylindriques avec des graines de pavot ou des noix, après quoi elles sont roulées pour former des cylindres d'une longueur de 12-15 cm, progressivement amincis vers les extrémités. Après avoir enveloppé la garniture, la pâte doit être jointe uniformément et la ligne de joint doit être sur la face inférieure du produit lorsqu'il est placé en forme de croissant sur la plaque de cuisson. Le produit est en forme de fer à cheval si la garniture est en forme de coquelicot et en forme de lettre C si la garniture est en noix. Les formes doivent être suffisamment différentes pour que l'on sache d'un coup d'œil quel remplissage elles contiennent.

La garniture au pavot est préparée en faisant bouillir ou en ébouillantant des graines de pavot (le volume de liquide équivaut à 35-40% de la quantité de graines de pavot). Le sucre est dissous dans une petite quantité d'eau et porté à ébullition (du miel peut être utilisé à la place du sucre). En remuant constamment, au sucre dissous ajoutez progressivement les graines de pavot moulues mélangées à du lait en poudre, de la chapelure sucrée et des raisins secs et faites bouillir le tout jusqu'à obtenir une pâte assez dense. Après refroidissement et épaississement, ajoutez du zeste de citron râpé ou de la pâte de citron à la garniture aux graines de pavot pour l'aromatiser, ainsi que de la cannelle et une petite quantité de sucre vanillé, si nécessaire.La garniture aux noix n'est pas bouillie, le noyau de noix moulu étant simplement mélangé avec du sucre (ou du miel), des raisins secs, du lait en poudre, de l'eau chaude, de la vanille ou du sucre vanillé et de la cannelle moulue. Jusqu'à 10 % en poids de cerneaux de noix moulus ou de graines de pavot moulues dans la garniture peuvent être remplacés par de la chapelure sucrée.

Les deux garnitures doivent être suffisamment denses pour former de petits rouleaux à la main.

Les produits qui ont reçu la forme appropriée sont placés sur une plaque à pâtisserie et graissés avec de l'œuf entier ou simplement du jaune d'œuf. Les produits graissés aux œufs placés sur des plateaux sont laissés dans un endroit frais et ventilé jusqu'à ce que l'œuf à la surface sèche un peu. Une fois que la surface a séché et que les produits ont un peu fermenté, la surface est à nouveau graissée avec de l'œuf, après quoi elle est à nouveau séchée puis mise dans un four à levage. Après levage, les produits sont cuits et deviennent de fines pâtisseries à pâte levée. Pendant la fermentation et surtout pendant la cuisson, l'œuf sec en surface se fissure légèrement, générant l'aspect marbré typique de la croûte du produit.

Les produits sont cuits sans vapeur à 170-220°C.

La durée de cuisson dépend de la taille des produits. Le temps de cuisson est de 10-12 minutes pour les produits pesant 40-50 g et de 15-20 minutes pour les produits pesant 50-70 g.

Après refroidissement, les produits mûrs sont prêts à être expédiés et commercialisés.

Les pertes techniques après cuisson sont de l'ordre de 10 %, selon le poids du produit et la consistance de la garniture.

Étiquetage : le nom du produit, « Bratislavský rožok », ou son équivalent hongrois, ainsi que le logo de l'Union ou le logo et la mention « Spécialité traditionnelle garantie » doivent être mis en évidence. L'acronyme « STG » peut apparaître sur l'emballage. La taille du logo doit être d'au moins 15 mm.

Mode de commercialisation et lieu de vente : le « Bratislavský rožok » est vendu à l'unité dans les magasins spécialisés des fabricants ou dans les pâtisseries, cafés et établissements de restauration rapide. Dans le cas de produits non préemballés, le logo TSG peut apparaître sur l'étiquette de prix, à proximité du nom du produit, ou sur une plaque signalétique à proximité des produits.

Conservation : à température ambiante.

Selon la quantité de levure utilisée, le produit dure 3 à 10 jours.

Le produit est fabriqué à la main, pas industriellement.

Il ne doit pas être fabriqué comme un produit semi-fini, précuit et surgelé qui est ensuite décongelé et fini au four, mais doit toujours être fraîchement cuit.

4.3. Description des principaux éléments conférant au produit son caractère traditionnel (article 7, paragraphe 2, du présent règlement)

Le caractère traditionnel du produit repose sur sa composition traditionnelle, selon laquelle le fourrage doit constituer au moins 40 % du poids total du produit fini.

Le produit est fabriqué depuis plus de deux siècles sous son nom spécifique dans les pays voisins, l'Autriche et la Hongrie, avec lesquels la Slovaquie formait un seul État il y a près de 90 ans.

Dans son livre « S vareškou dvoma tisícročiami », Vladimír Tomčík déclare que, selon les registres comptables, « Bratislavský rožok » est vendu dans des auberges depuis 1590, mais le secret de sa fabrication est bien plus ancien.

Dans son ouvrage « Ulice a námestia mesta Bratislavy », publié en 1905 à Bratislava, page 305, Tivadar Ortvay précise que non loin de la pâtisserie de Viktor Mayer se trouve l'ancienne boulangerie Scheuermann (aujourd'hui Lauda), où de petits fers à cheval sont fabriqués avec des graines de pavot et les graines de noix, spécialités pour lesquelles la ville de Bratislava est devenue célèbre "[" Rue de Bratislava Wigand]. Voir aussi les pages 304 et 305 du livre : La boulangerie Scheuermann est mentionnée à l'annexe 1, en hongrois, pour le marché désormais appelé « place Hviezdoslav ». La partie pertinente du texte est la suivante : « A proximité se trouve l'ancienne boulangerie Scheuermann (aujourd'hui Lauda), qui fabrique de petits fers à cheval avec des graines de pavot et des noix, spécialités pour lesquelles la ville de Bratislava est devenue célèbre. Ces spécialités comprennent "bratislavský suchár".

L'ouvrage « Chlieb náš každodenný », de V. Szemes et V. Karovič, publié en 1992 à Bratislava, à la page 52 indique que : « A l'occasion de la fête de Saint-Nicolas en 1785, le boulanger Schiermann a mis une nouvelle voie de pâtisserie, fourrée, qui est entrée dans l'histoire sous le nom de « prešpurské beugle ». Quant à la différence entre le nom Scheuermann et Schiermann, nous considérons qu'il s'agit d'une erreur typographique et que le nom correct est Scheuermann.

Peu de temps après, il y avait déjà plusieurs boulangers à Bratislava qui fabriquaient du « Bratislavský rožok ». L'un des plus connus était Schwappach Ágoston, dont la boulangerie a ouvert ses portes en 1834 et proposait de petits fers à cheval aux graines de pavot et aux noix. Deux des descendants des producteurs de "Bratislavský rožok" Scheuermann et Lauda étaient le maître boulanger Johann Korče, qui a vécu entre 1851 et 1919 et était chevalier de l'Ordre de François-Joseph, et son fils, le maître boulanger Hans Korče. Après la famille Korče, Emil Kastner a suivi.

La célèbre boulangerie Gustáv Wendler de la rue Štefánikova à Bratislava était également célèbre, qui expédiait même du «Bratislavský rožok» par la poste.

Dans un vieux magazine de Bratislava appelé "Pressburger Wegweiser" de 1863, le chef pâtissier Anton Pressberg a annoncé son propre "beugel" avec des graines de pavot et des noix.

Le journal viennois 'Neue Freie Presse' du 16 avril 1938 présente une recette de 'Pressburger Kipfel - Bratislavské rožky'. La recette et la description de la méthode de production sont presque identiques aux instructions de fabrication utilisées aujourd'hui.

Terézia Vansová et Ján Babilon ont également décrit « Bratislavský rožok » dans leur livre de 1870.

Au fil du temps, les boulangers et pâtissiers ont commencé à produire du « Bratislavský rožok » dans plusieurs villes européennes, notamment en Autriche, en République tchèque et en Hongrie. Selon les informations obtenues par des experts boulangers d'autres pays, un produit appelé «Bratislavský rožok» est fabriqué dans plusieurs villes, ou du moins la forme, la recette et la méthode générale de production de ce produit sont connues. Surtout après 1950, dans l'ex-Tchécoslovaquie, des cours de formation professionnelle à la fabrication de « Bratislavský rožok » étaient dispensés dans des écoles professionnelles spécialisées dans la boulangerie et la pâtisserie. Le nom « Bratislavský rožok » a commencé à être utilisé en 1918, après la création de la Tchécoslovaquie et après le changement du nom de la ville de Presbourg ou Pozsony à Bratislava. Le nom du produit a également changé. Le nom original "Beugel" est devenu "patkó" en hongrois, ce qui signifie "fer à cheval". Il semble que le terme « rožok » n'ait commencé à être utilisé qu'en relation avec le nouveau nom de la ville. En Hongrie, le nom 'Pozsonyi kifli' ('Bratislavský rožok') est toujours utilisé, donc l'ancien nom de la ville avec le nouveau nom basé sur la forme. Le nom "Pressburger Kipfel" est également utilisé plus souvent en Autriche, le nom "Beugel" étant moins courant.

Bien qu'il s'agisse d'un produit avec une longue histoire, le « Bratislavský rožok » reste un produit populaire aujourd'hui. On estime que ce produit est régulièrement fabriqué dans plus de 20 boulangeries et confiseries et est préparé au moins une fois par semaine dans des dizaines d'autres unités de production en Slovaquie.

En 1999 et 2005, l'Association des Boulangers Slovaques a présenté, lors de la finale d'un concours mondial intitulé « Coupe Lesaffre », organisé à Paris, parmi d'autres produits en compétition, « Bratislavský rožok », qui a été très apprécié par une partie du jury.

Début 2007, lors de l'exposition Danubius Gastro à Bratislava, le concours international pour le prix du meilleur « Bratislavský rožok » a été organisé pour la première fois, avec la participation de neuf équipes de trois pays différents (voir la première page de Bratislavské noviny du 25 janvier 2007).

Les journaux de Bratislava et plusieurs périodiques nationaux ont publié une série d'articles sur le concours.

Un article sur « Bratislavský rožok » est également paru dans le quotidien « Nový čas » du 25 juillet 2008. L'article contient également une recette traditionnelle datant de 1938, et la forme du produit est décrite comme suit : « … [le produit] est en forme de fer à cheval si la garniture est en coquelicot et en forme de lettre C si la garniture est en noyer.'

À la page 52, le magazine "Epicure" contient un article intitulé "Bratislavský rožok - tradícia s dlhou históriou", dans lequel on peut lire que "Bratislavský rožok" se présente sous la forme d'un fer à cheval lorsqu'il est rempli de graines de pavot et dans le forme de la lettre C lorsqu'il est rempli de noix. "


Korpás Árpád: A Pozsonyba érkező magyar vendégeket anyanyelven kell megszólítani

La ville de Honti Múzeum est située dans la Galéria Baráti Köre. A lelkes csoport kalauza az ipolysági gyökerekkel rendelkező Korpas rpád idegenvezető-szakember, un Pozsonyi Kifli Polgári Társulás alelnöke volt. A pozsonyi városnézés kapcsán kérdezte a Felvidék.ma többek között a magyar nyelvű városnézés ötletéről, a társulás terveiről a szakavatott és nagy tudású idegenvezetől a szakavatott és nagy tudású idegenvezetől

Un Pozsonyi Kifli Polgári Társulás kötetek kiadásával est foglalkozik. Melyek a legutóbb napvilágot látott köteteik?

Június elején három magyar nyelvű könyv bemutatójára került sor a Csemadok pozsonyi székházában. Viera Kamenická a Pozsonyi ssidó mesék című könyve legfőbb erénye, hogy személyes hangon szólal meg. Ezt segítik a szerző saját illusztrációi, illetve a kötet végén elhelyezett néhány fotó est un régi pozsonyi zsidó negyed képeivel. Ahogy azt a Pozsonyi Kifli mesekönyveinél megszokhattuk, rövid kis szótáracska est segít bennünket eligazodni a mesék mai olvasói számára sokszor már ismeretlen régi kifejezések. Csanda Gábor gördülékeny magyar fordításának hála, un 2017-es szlovák kiadás után most már magyarul est betekintést kaphatunk a pozsonyi zsidó mesekincsbe.

Az élvezetes előadás egy mozzanata (Photo : Pásztor Péter / Felvidék.ma)

A másik kötet a Fadrusz című kiadvány. « Csak akarni kell, és az ember elér oda, ahova álmaiban vágyott » - szól a Fadrusz-szállóige, onen örökre bevésődött a legújabb pozsonyi mese 12 eves főhácsének a Tak. Megszívlelendő jó tanács, az biztos, és talán nem véletlen, hogy a szerző, Forgács Péter, aki ötvenévesen indult el az írói pályán, éppen ezt az idézetet. A kötetet illusztrációi Réka Szabó és un szövegbe illesztett, teszik képmontázsok Fadrusz Teljes kötődő Jánoshoz, melyeknek köszönhetően úgy valóban érezhetjük, hetedikes kissrác se trouvent Fadrusz-dossziéját két lapozgatnánk, Egy megspékelve izgalmas, Történelmi Szántai főleg detektívmesével kiskamaszoknak.

A harmadik bemutatott könyv A pozsonyi sétatéren megy a villamos címet viseli. Ez egy válogatás a www.pozsonyikifli.sk várostörténeti portál legérdekesebb írásaiból.

Mik szerepelnek a társulás tervei között ?

Egyik legfőbb hosszú távú projektünk a városról szóló portálunk működtetése. Az ifj. Papp Sándor főszerkesztő irányításával működő www.pozsonyikifli.sk és annak szlovák megfelelője, un www.bratislavskerozky.sk olyan várostörténeti írásokat, képanyagot és adatbázist tartalmaz, oneneknek köszönhetően a hasonló pozsonyi kezdeményezések közül - a szlovák nyelvűeket is beleéryve - agz egy egy Magyarul háromszáznál est több várostörténeti írást kínál.

A Kecskekapui temető hűs fái között (Photo : Pásztor Péter / Felvidék.ma)

Állandó rovatai mellett a portálon a szervezet örökségvédelmi tevékenységének (digitizáció, adatbázis-fejlesztés, virtuális kiállítás, interaktív térkép stb.) Eredménye est megtekinthető. E honlap része az Ortvay Adatbázis. Ortvay Tivadar helytörténész 1905-ben jelentette meg Pozsony város utcái és terei című munkáját, pour améliorer plus gyakran hivatkozunk, ugyanis ez egy részletes helytörténeti és városismereti összefoglaló. A felvonultatott de benne tényanyagot mAs, kereshető olyan ötvözve adattár későbbi JOTT információkkal Letrem, le közterek és utcák amely megnevezésének például viszonylag gyakori - századi 20. főként du Társadalmi ideólogo hatalomváltással irányváltásokkal és kapcsolatos - követi módosulásait nyomon Három év az meghatározó száz elmúlt helyi másfél nyelven , tehát németül, magyarul és szlovákul.

römmel mondhatom, hogy sok értékes írást sikerült hozzáférhetővé tennünk ezen a webes felületen, egy részük pedig a már említett, A pozsonyi sétatéren megy a villamos & # 8230 című válogatáskötetünkben est napvilágot látott. Un közeljövőben szlovákul est szeretnénk megjelentetni hasonló kiadványt. Általánosságban pedig hosszú távú tervünk, vagy ha úgy tetszik, alapelvünk, hogy Pozsony múltját magyarul est bemutassuk.

A pozsonyi vár tövében (Photo : Pásztor Péter / Felvidék.ma)

Honnan jött a magyar városnézés kezdeményezése?

2014-ben jött egy felkérés a Pozsonyi Kifli elnökétől, Bolemant Évától, hogy tartsak magyar nyelvű városnézést. Ez volt az első, és arról szólt, milyen szerepet játszott Pozsony a magyar irodalomban.Azóta a szlovák tematikus városnéző séták mellett magyar nyelvűek is vannak, rendszerint úgy, hogy ezek egyike egyben a Csemadok által szervezett őszi Pozsonyi Városi Kulturális Napok magyze rendez-vous.

Ezek a városnézések általában egy adopte tematikára épülnek. Mi a következő úti cél, melyek a központi témák ?

A nyári szünet után idén még két magyar tematikus sétánk lesz. Szeptember 15-én Brandl Antal szobrászművész nyomát keressük Hornyák István idegenvezetővel, szeptember 22-én pedig nekem lesz egy városnézésem a száz esztendővel ezelvesent. Az ezredévi ünnepségek egyik fő szorgalmazója, az egykori dévényi millenniumi emlékmű kezdeményezője és tulajdonképpeni megálmodója volt. Ez a séta része lesz a XXXIII. Pozsonyi Városi Kulturális Napok rendezvénysorozatának.

Szakszerű előadás Pozsony belvárosában (Photo : Pásztor Péter / Felvidék.ma)

Az elmúlt években mely témák köré összpontosultak a városnéző séták? Mi alapján valasztják ki ezeket?

A témaválasztásnál például nagy szerepet játszanak az évfordulók. Fadrusz Tavaly János (1858-1903) de Kerek Kerek halálozási fél idegenvezető és évfordulója magyarul István kapcsán szlovákul és Hornyák est réglé sur Tobbe közt tartott le Kolozsvári Matthias-MAR nem szoborcsoportot létező és 1921-bin-szoborcsoportot Maria Teresa szétvert alkotó Pozsonyi Fadruszról. Hornyák Mátyás király és Pozsony című sétája az uralkodó és Pozsony kapcsolatát elemezte. Benyovszky Mánya gnes helytörténész évről évre vezet magyar sétákat az első pozsonyi Duna-híd 1890-es megépítése és az első világháború közti - Pozsonyban belle epoque - néven ismers. Brogyányi Mihály idegenvezető például a főúri rezidenciákban gazdag Pozsony palotáiról tartott előadást. Gaál Julianna idegenvezető a múlt század elején virágkorukat élő pozsonyi kávéházakat mutatta be, de volt sétája híres pozsonyi nőkről is. Széchenyi és Pozsony címmel magam tartottam sétát a nagy magyar reformerről.

Volt már túrám Petőfi Pozsonyáról, 1848/1849 helyi vonatkozásairól, a város protestáns hagyományairól vagy éppen Pozsony és a magyar irodalom kölcsönhatásairól. Idei első magyar nyelvű tematikus sétánkon a száz évvel ezelőtti, korábban inkább tabutémának számító 1919. février 12-i pozsonyi sortűzről volt szó. A „véres szerda” néven is ismert, több emberéletet követelő sortűz néhány héttel azután zajlott, hogy 1919. január elsején a város a csehszlovák legionáriusok kezére került. Mivel fontosnak tartjuk, hogy egy-egy ilyen témával a szlovák többséget est megszólítsuk, szlovák honismereti vezető collégámmal, Ivor Švihrannal közösen a tragédiár19ólítáz az az.

Turisták gyűrűjében (Photo : Pásztor Péter / Felvidék.ma)

Milyen a tapasztalata a városnéző sétákkal kapcsolatban? Mennyire van igény erre un tevékenységre ?

Le thème de Pozsonyban est egyre népszerűbbek, és ezt a Pozsonyi Kifli Polgári Társulás magyar nyelvű tematikus sétáin est lemérhetjük. Ezeket a sétákat render több tucatnyian látogatják - most már nemcsak pozsonyiak, hanem dél-szlovákiai és magyarországi magyarok, sőt magyarul értő szlovákok is. Un « kereslet » természetesen más formában est megvan.

Aktív idegenvezető vagyok, és a buszos turistautak mellett nálam is egyre többen jelentkeznek azzal az igénnyel, hogy egyénileg, párban vagy kisebb csoporttal barangolnának a városban. Például házaspárok, átutazóban lévő üzletemberek est l'esprit gyakrabban kérnek kalauzolást. Megtiszteltetés, hogy például a napokban a NATO Parlamenti Közgyűlése magyar küldöttségének tarthattam városnézést. Örülök, hogy hasonló tevékenységet fejt ki magyarul több nagyon felkészült collégám.

Mintha a városmarketinget formáló szervezetek est egyre inkább tudatosítanák, hogy a magyar vendéget est meg kell szólítani, meghozza az anyanyelvén. Persze, un szolgáltatásoknak még van hová fejlődniük & # 8230


Volt egyszer egy Pozsonyi Hajósegylet (1862-1940) I.

Az idősebb pozsonyiak meg emlékeznek arra a meseszerű neogótikus épületre, onen a Duna ligetfalui partján magaslott. A Pozsonyi Hajósegyletet az angol sportegyesületek mintájára alapították 1862-ben, székhelyét pedig 1895-ben adták át. Sajnos, un Szlovák nemzeti felkelés hídja építésekor ez a klubház est un városrombolás áldozata lett.

2020. 24 septembre mutatták être un Pozsonyi Kifli Polgári Társulás műhelyében készült legújabb kiadványt.

Volt egyszer egy Pozsonyi Hajósegylet (1862-1940)

  • A kötet szerkesztői : ifj. Papp Sándor est Korpás Árpád
  • Graphiste : Szabó Réka
  • Un kötet bemutatja : Samarjay Zoltán

A Pozsonyi Hajósegylet történetét az Aixinger család három generació - Aixinger László (1846-1904), fia, Aixinger László (1883-1944) est unokája, Aixinger László (1909-1989) - dolgo. Összefoglalóik kiadványunkban teljes terjedelmükben, egymás után olvashatók abban a formában, ahogyan 1941-ben együtt est megjelentek.

Un pozsonyi kordokumentum élé Kacsinecz Krisztián írása került, améliore 2014-ben tett közzé un portail Pozsonyikifli.sk várostörténeti.

A hajósegylet épületét ábrázoló régi képeslapok mellett először jelennek meg nyomtatásban azok a különleges, nemrégiben digitalizált felvételek, migliorek a pozsonyi Holényi csalábód hagyaték.

Pour plus d'informations, contactez Paluska Flóránál à l'adresse e-mail suivante : [email protected]

Le club de Új Híd (Nový most, Most SNP) epítésekor (1967-1972) bontották le. A műemlékvédők figyelembe vették az épület történelmi értékét, az egyes megjelölt és számozott darabokat az Oroszvári Földművelési Szövetkezet raktárhelyiségébe száttésk Innen azonban a 80-as evek második felében a faburkolatú falakat és az egyéb építőelemeket lassan szétlopkodták.


Vidéo: Miele Főzőiskola: Pozsonyi kifli